Manu Ginobili tente d'échapper à DeMarcus Cousins
Manu Ginobili tente d'échapper à DeMarcus Cousins | Andrej ISAKOVIC / AFP

Rio 2016 - Basket : Team USA met la génération Ginobili à la retraite

Publié le , modifié le

En quarts de finale du tournoi olympique masculin, les Etats-Unis ont largement dominé l'Argentine (105-78). Un succès qui envoie les Américains face à l'Espagne, dans un remake des deux dernières finales aux JO, mais aussi et surtout toute la génération dorée argentine autour de Manu Ginobili à la retraite.

Les Argentins n’y ont cru que… sept minutes. Sept minutes pendant lesquelles le jeu inspiré des coéquipiers de Manu Ginobili a gêné une Team USA pas encore entrée dans sa partie et perturbée à l’intérieur. C’était avant. Avant que les Etats-Unis ne remettent du poids à l’intérieur et que Kevin Durant ne trouve la mire. Menés 19-9, les Américains reviennent rapidement à 21-21, puis 23-21 et enfin 25-21 à la fin du premier quart sur deux paniers intérieurs de DeMarcus Cousins, comme un symbole d'une raquette retrouvée.

On se dit alors que le match est simplement rééquilibré et que l’Argentine va titiller un moment son adversaire. Que nenni, les champions olympiques en titre enfoncent le clou dans le sillage d’un Durant au-dessus du lot (18 points à la pause). En 13 minutes, Team USA passe un 47-21 à son adversaire ! Comme France-Espagne un peu plus tôt, ce troisième quart de finale connaît un scénario à sens unique.

Fin de carrière internationale pour Ginobili​​​

Cette défaite, nul besoin de s’étendre sur la deuxième période (105-78 score final), marque, à l’image de l’équipe de France la fin d’une génération. Si Manu Ginobili (14 points, 7 passes) n’a pas annoncé que les Jeux Olympiques seraient son dernier tournoi international, on peut le penser. Et il en va de même de Luis Scola ​(15 points et 10 rebonds), Carlos Delfino (3 points)  et Andres Nocioni (12 points et 5 rebonds). Les quatre hommes, qui sont revenus fouler ensemble le parquet en fin de match, se sont installés sur le toit de l’Olympe en 2004. Ils incarnent à merveille l’esprit de cette équipe argentine, cette « grinta » si particulière. Leur histoire commune sous le maillot rayé bleu et blanc s’arrête donc face à Team USA, cette équipe qu’ils avaient éliminée en demi-finale en 2004 dans l'un des plus bel exploit du basket aux JO. La boucle est bouclée.