Rio 2016 - Automne Pavia, le bout du tunnel

Rio 2016 - Automne Pavia, le bout du tunnel

Publié le , modifié le

Ce lundi sur le tatami carioca, l'entrée en lice de la judokate orléannaise sera particulièrement scrutée dans la catégorie des moins de 57 kg. Après des mois de galère, "Pavlov" est revenue fort, en remportant notamment un titre européen en mai dernier, à Kazan. Mais gare à la Japonaise Matsumoto !

Victime d'une rupture partielle du ligament du genou droit durant l'hiver 2014, Automne Pavia a dû serrer les dents durant de longs mois avant de revenir à son meilleur niveau. Pourtant, avec un mental d'acier, l'Orléannaise de 27 ans n'avait qu'un objectif : les Jeux de Rio. Souvent sur les podiums internationaux depuis 2012, celle que l'on surnomme "Pavlov" montre à chaque instant de combat une fraîcheur et une réelle volonté de briller : "Je suis davantage posée. Peut-être parce que je suis sûre, aujourd'hui, que je peux gagner. Je suis plus professionnelle. Auparavant, je marchais parfois sur des oeufs !"

"Je réfléchis un peu trop..."

Issue d'une famille de professeurs de judo, la jeune Automne a baigné très tôt dans l'ambiance des dojos. Il y a quatre ans à Londres, elle décroche la médaille de bronze aux Jeux, puis enchaîne les succès par ippon sur le continent. Seule sa bête noire, la Japonaise Kaori Matsumoto, la ramène à la dure réalité de la compétition. Une adversaire qu'elle n'ait jamais parvenue à dominer. "Quand je monte sur le tatami, j'ai beau me dire que celle d'en face n'a pas pu s'entraîner plus que moi, que je vais lui casser la gueule, il m'arrive de douter, admet-elle avec humilité. Je ne doute pas de mon potentiel, mais de ce que je devrai faire si mon judo m'embête pour ci ou pour ça. Parfois, je réfléchis un peu trop..."

Sa bête noire en quarts ?

Du haut de son 1,72 m, Automne Pavia, la protégée de l'entraîneur Christophe Massina, entamera son parcours ce lundi, précisément à 16h52, contre la Britannique Nekoda Smythe-Davis, issue des seizièmes de finale. Seul hic : en cas de qualification, la Française devra affronter au tour suivant une certaine... Kaori Matsumoto ! Son épine en kimono. "Face à elle, je ne me sens pas vraiment en danger et c'est peut-être ce qui me piège !" A coup sûr, notre représentante sera la première supportrice de l'Ivoirienne Zouleiha Abzetta Dabonne qui, en préambule, aura l'insigne honneur de défier la championne nippone, baptisée la "Petite fée" de Kawazawa. Tout un programme qui fait saliver de plaisir.

Nicolas Gettliffe