Riner: "Une femme" comme porte-drapeau

Riner: "Une femme" comme porte-drapeau

Publié le , modifié le

Le quintuple champion du monde de judo Teddy Riner a estimé mercredi qu'une "femme serait la bienvenue"comme porte-drapeau de la délégation française aux jeux Olympiques de Londres, avouant par ailleurs avoir "hâte d'y être" déjà, à J-100 du grand événement sportif de l'année.

A J-100 des Jeux de Londres, ressentez-vous une certaine effervescence?
 "Ce n'est pas J-100 qui change quoi que ce soit en tant que tel. Nous,  ça fait quatre ans qu'il y a une effervescence. C'est vrai qu'aujourd'hui,  c'est un décompte qui commence. Dans la tête de tous les sportifs, on y est, ça  commence, on est pressé d'y être, ça avance vite. J-100 c'est un décompte en  jours, et même s'il reste plusieurs mois, ça nous permet de nous mettre dans  une configuration où les Jeux approchent à grand pas. Je suis enthousiaste, je  suis pressé d'y être, je ne suis pas content d'y aller, je suis super content  d'y aller!"
   
Ce seront vos 2e jeux Olympiques. Qu'est-ce qui a changé pour vous  depuis quatre ans?
"Ma vision a changé. J'ai mûri, j'ai pris de l'expérience, chaque  victoire comme chaque défaite m'a permis d'aller de l'avant, de me construire,  et aujourd'hui je peux dire que j'ai à ma palette beaucoup de techniques qui me  permettent d'avoir beaucoup de solutions en fonction du problème que je peux  rencontrer. C'est un plus pour arriver fin prêt, le jour J, mentalement et sur  le plan du judo. J'arrive aux Jeux avec un gros trousseau de clés et c'est à  moi de choisir la bonne clé au bon moment. Par rapport à Pékin, on ne va pas  parler de revanche parce que je suis parti avec une médaille de bronze, ce  n'est pas rien. C'est plus un rêve à réaliser".
   
Quel est votre regard sur l'identité du prochain porte-drapeau de la  délégation française?
"Moi, je me suis retiré de ça. J'ai envie de me consacrer uniquement au  3 août. Le 3 août, je ne pense qu'à ça. Je n'ai pas envie d'arriver aux Jeux en  me préoccupant d'autre chose. J'ai envie d'être le plus libre possible dans ma  tête. Ceux qui sont déjà candidats le méritent tous. Ca serait bien que ce soit  une femme, car ça fait longtemps qu'on n'a pas eu de femme. Je ne suis pas un  macho! Laura Flessel, Lucie Decosse... Le porte-drapeau doit pouvoir tirer  toute la délégation vers le haut. Il doit pouvoir parler à n'importe quel  sportif. Il faut qu'il soit +full option+ comme on dirait chez les jeunes. Une  femme serait la bienvenue".

Grégory Jouin @GregoryJouin