Les filles du 100m
Les filles du 100m | GABRIEL BOUYS / AFP

Retour sur la 8e journée

Publié le , modifié le

Samedi de folie à Londres : entre la dernière course, et la dernière médaille d'or, de Michael Phelps, la victoire de la Jamaïcaine Fraser-Pryce lors d'un 100m éblouissant ou la razzia britannique en athlé, la huitième journée de ces Jeux Olympiques aura été fertile en émotions. Et les Français n'ont pas été en reste...

Le résumé du jour :

La perf' du jour : Phelps, la "der" d'or
Michael Phelps ne nagera plus en compétition. Il faudra s'y faire. Pour sa dernière course, l'Américain a remporté, avec ses compatriotes Greves, Hansen et Adrian, le relais 4x100m 4 nages. Ce qui porte le total de médailles du kid de Baltimore à 22 médailles olympiques dont 18 en or. Tout simplement historique. Avec ce dernier titre, le meilleur papillonneur de l'histoire peut définitivement replier ses ailes.

Course reine de la soirée, le 100m féminin s'est révélé d'une incroyable densité. A l'arrivée, les trois premières se tenaient en six centièmes, la Jamaïcaine Fraser-Pryce (10'75) devançant l'Américaine Jeter (10'78) et sa compatriote Campbell-Brown (10'81). Ça promet pour la finale hommes de dimanche pour laquelle tous les cracks annoncés se sont facilement qualifiés… La soirée d'anthologie vécue par la Grande-Bretagne a constitué l'autre fait marquant de la soirée. En l'espace de  45 minutes, les Britanniques ont conquis trois médailles d'or, par Jessica  Ennis (heptathlon), Greg Rutherford (longueur), et Mo Farah, d'origine somalienne, qui a créé la sensation sur 10.000 m, où il a devancé les Kenyans et Ethiopiens, pour s'imposer devant... un Américain. La piste du Stade Olympique a  vu une barrière tomber avec la première participation d'un double amputé, le  Sud-Africain Oscar Pistorius, aux épreuves olympiques. Nanti de lames de carbone à la place de ses jambes amputées alors qu'il  avait 11 mois, il s'est qualifié pour les demi-finales du 400 m.

Côté tricolore, trois nouvelles médailles au compteur avec le bronze pour Delphine  Racinet-Réau à la fosse olympique, et pour le double Gasquet-Benneteau en tennis. La paire Tsonga-Llodra fait encore mieux avec une médaille d'argent mais les frères Bryan étaient trop forts. Tout comme Serena Williams, intraitable face à la Russe Sharapova en finale du simple dames.


La déception : Perfide Albion ?
Après un premier imbroglio né de la chute volontaire du cycliste sur piste Hindes alors qu'il avait pris un mauvais départ, le pays hôte de ces Jeux s'est de nouveau distingué de manière assez équivoque en aviron. La finale du deux de couple poids légers a tourné au coup de Trafalgar pour l'aviron français qui est persuadé que le bateau britannique, médaillé d'argent, aurait dû être disqualifié pour tricherie. La course, remportée par les Danois et dont les Français Jérémie Azou et  Stany Delayre ont terminé quatrièmes, a connu l'originalité de se disputer en deux temps, l'équipage britannique ayant signalé, comme il en avait le droit, avoir subi un incident technique: la casse d'une roue de coulisse de siège. Problème, pour certains, cette manœuvre était dictée encore une fois par un départ raté… "On a un énorme doute. On ne saura jamais ce qui s'est véritablement passé", a expliqué furieux le Directeur technique national Pascal Berrest, quelques minutes après le rejet d'une réclamation déposée auprès des organisateurs de la course.

L'anecdote : Soni en avait rêvé…
L'Américaine Rebecca Soni va repartir de Londres avec un titre  olympique sur 200 m brasse et une médaille d'argent sur 100 m brasse. Une belle  surprise l'attend déjà chez elle, aux Etats-Unis: une chaîne locale de  fast-food s'est engagé à lui offrir des hamburgers à vie en guise de récompense  pour son record du monde du 200 m brasse. La nageuse de Plainsboro (1,70 m pour  61 kilos) aura droit à un bon pour un repas hebdomadaire avec hamburger, frites  et boisson de choix, a précisé l'entreprise qui a promis une récompense  similaire aux 16 autres athlètes originaires de l'Etat de New Jersey présents à  Londres qui y battraient un record du monde.

Le chiffre : 0
Comme l'écart entre la Suissesse Nicola Spirig, finalement déclarée vainqueur, et la Suédoise  Lisa Norden à l'arrivé du triathlon. Après 1,5 km de nage, 43 km de vélo et 10  km de course à pied dans Hyde Park, il a fallu étonnamment la photo-finish pour départager les deux femmes.

Julien Lamotte