Wendie Renard
Wendie Renard | BERTRAND GUAY / AFP

Renard : "Le vrai test, ce sera les JO"

Publié le , modifié le

La victoire de l'équipe de France contre le Japon (2-0) était une bonne chose "pour la confiance" avant les Jeux Olympiques. Toutefois, ni Wendie Renard, ni Laura Georges ne veulent s'enflammer avant de débuter mercredi contre les Etats-Unis.

Bruno Bini l'avait dit, "on ne va pas se désespérer si on perd, on ne va pas s'enflammer si on gagne". Ses joueuses, après la victoire contre le Japon ce jeudi à Charlety, ont respecté à la lettre le discours que le sélectionneur avait tenu la veille en conférence de presse. "Face à une grosse équipe, on a prouvé qu'on était capable de jouer et de bien défendre ensemble", a souligné Wendy Renard. La défenseure centrale, très à l'aise face aux attaquantes nippones a profité de son large avantage de taille pour inscrire son quatrième but en 23 sélections. "Je savais que la plus grande japonaise mesurait 1m74, j'avais une petite chance" a-t-elle souri.

Trois victoires (6-0 contre la Roumanie, 3-0 contre la Russie,  2-0 contre le Japon), aucun but encaissé, tous les voyants sont au vert, mais la Lyonnaise rappelle que les "Japonaises étaient en phase préparation également". Laura Georges, sa coéquipière sous le maillot rhôdanien est encore plus prudente : "cette victoire ne prouve rien, c'est un match amical, ça montre juste qu'on continue à bien bosser. C'était un bon test et c'est un bon résultat, mais on n'est pas championne du monde". Remplaçante au coup d'envoi, l'Antillaise était contente d'avoir foulé la pelouse, mais insatisfaite de sa prestation, "j'aurai pu faire mieux", a-t-elle lâché peut-être déçue de ne pas avoir débuté la rencontre.

Le match contre les Etats-Unis déterminant

Cette volonté de contrôler toute l'euphorie qui commence à entourer l'équipe de France transparaît encore plus dans les propos de Laura Georges. Le sans-faute de la préparation ? "On monte en puissance et on aborde les JO avec de la confiance, mais on n'a encore rien gagné, il faut rester les pieds sur terre". Même son excitation à l'approche de l'évènement semble freinée. "Jeux ou pas, il faut aborder les choses comme d'habitude. Mondial, Jeux Olympiques ou match amical, il faut des résultats et de la manière. Tout le monde nous parle de l'évènement mais il va falloir être concentrée", tempère-t-elle. Wendie Renard, elle s'enthousiasme plus. "Ca fait rêver tout le monde, c'est un évènement planétaire. Je regrette qu'on ne soit pas tout de suite au village olympique, j'ai envie de découvrir ça. Mais on n'ira pas en touriste non plus", prévient-elle.

Elles n'auront d'ailleurs pas le temps de gamberger puisque dès mercredi se profile un autre gros choc contre les Etats-Unis pour leur entrée dans la compétition. "Ce premier match sera très important" selon Wendie Renard puisque une victoire contre les championnes olympiques en titre assurerait presque une qualification car les deux autres adversaires du groupe, la Colombie et la Corée du Nord, semblent un ton en dessous. "Les Etats-Unis sont une équipe qui prend les espace. Elles sont très puissantes, il faudra répondre au défi athlétique", assure Laura Georges. Les Jeux n'ont pas encore commencé mais les Bleues y sont préparées.