Poutine ouvre la porte

Poutine ouvre la porte

Publié le , modifié le

Le président russe Vladimir Poutine a assuré que la Russie accueillerait tous les sportifs et visiteurs, indépendamment de leur orientation sexuelle, aux jeux Olympiques qui débutent dans moins de trois semaines à Sotchi.

"Les gens ont différentes orientations sexuelles. Nous accueillerons tous  les sportifs et tous les visiteurs des jeux Olympiques", a-t-il déclaré dans un  entretien à plusieurs chaînes de télévision russes et étrangères. Une loi russe interdisant la "propagande" homosexuelle devant mineurs,  passible de prison, a provoqué une vive controverse, avec des appels au boycott  des JO de plusieurs personnalités internationales. Des défenseurs des droits de l'Homme reprochent aux autorités russes de  vouloir stigmatiser les homosexuels à travers ce texte dont la formulation  vague ouvre la porte à une très large interprétation. Ce que contestent les  dirigeants russes.

M. Poutine a dans son entretien une nouvelle fois défendu cette loi et  affirmé qu'elle ne s'en prenait pas aux homosexuels. "Une loi a été récemment adoptée interdisant la propagande, pas seulement  de l'homosexualité mais de l'homosexualité et des abus sexuels vis-à-vis des  enfants", a-t-il dit. "Mais cela n'a rien à voir avec les poursuites contre les gens pour leur  orientation sexuelle", a-t-il ajouté. "C'est pourquoi les gens ayant cette orientation non-traditionnelle qui ont  l'intention de venir soit en tant qu'invité soit en tant que participant aux  JO, n'ont aucune crainte à avoir", a-t-il dit.

Le président a par ailleurs minimisé la décision de certains dirigeants  occidentaux de ne pas assister à l'inauguration des jeux. "Certains chefs d'Etat et de gouvernement n'ont absolument pas l'habitude  d'aller à l'inauguration (des JO)", a-t-il déclaré dans un entretien télévisé. Le fait de venir "à mon avis, est une bonne occasion (...) de s'entretenir,  discuter de certaines choses, mais je ne voudrais pas mélanger le sport et la  politique", a-t-il ajouté. "Les jeux Olympiques ne sont pas une compétition d'hommes politiques",  a-t-il estimé. Les présidents américain Barack Obama et français François Hollande, ainsi  que la chancelière allemande Angela Merkel ont annoncé qu'ils ne se rendraient  pas à Sotchi. M. Obama a par ailleurs indiqué qu'une militante de la cause homosexuelle  ferait partie de la délégation officielle américaine.

Vidéo Stade 2 : une semaine de "com" pour Poutine avant Stotchi

AFP