Poutine met en garde le CIO sur la situation des athlètes russes à Pyeongchang

Poutine met en garde le CIO sur la situation des athlètes russes à Pyeongchang

Publié le , modifié le

Interdire aux sportifs russes de participer aux JO-2018 d'hiver de Pyeongchang ou les forcer à évoluer sous bannière neutre constituerait "une humiliation pour la Russie" et "ferait du mal au mouvement olympique", a averti jeudi Vladimir Poutine alors que le Comité international olympique (CIO) enquête toujours sur un système de dopage institutionnalisé dans le sport russe notamment lors des JO 2014 à Sotchi.

"Il y a deux options: forcer la Russie à participer sous drapeau neutre ou ne pas l'autoriser du tout aux jeux Olympiques. Les deux constituent une humiliation pour le pays", a déclaré le président russe à l'occasion d'une conférence du club Valdaï organisée à Sotchi (sud). "Si quelqu'un pense que cela influencera la campagne présidentielle au printemps prochain, il se trompe lourdement. L'effet sera opposé. Et cela fera beaucoup de mal au mouvement olympique", a-t-il ajouté.

Cette menace s'inscrit sur fond de polémique toujours vive née du rapport du du juriste canadien Richard McLaren, qui a en 2016 mis à jour un système de dopage institutionnalisé dans le sport russe, révélant notamment la participation des services secrets russes (FSB), y compris pendant les JO 2014 d'hiver organisés à Sotchi. Le CIO a créé deux commissions chargées d'enquêter plus précisément sur les allégations concernant les JO 2014. Les rapports de ces deux commissions doivent servir de base au CIO pour d'éventuelles sanctions contre la Russie.

Des décisions fin novembre ?

Du côté du CIO, on s'attend à ce que les cas de dopage impliquant des Russes en 2014 soient résolus à la fin du mois de novembre. Du côté du Canada, on a déjà pris position sur le cas russe. Le Comité olympique canadien (COC) a demandé à ce que la Russie soit purement et simplement interdite de participer aux Jeux de Pyeongchang : "À la suite d’une rencontre de son conseil d’administration, la fin de semaine dernière, le COC a une fois de plus demandé [jeudi] au CIO d’imposer des sanctions immédiates et significatives au Comité olympique russe (COR) ainsi qu’aux dirigeants sportifs et aux athlètes de Russie, conformément aux conclusions du rapport McLaren sur le dopage systémique appuyé par l’Étaun, pouvait-on lire dans le communiqué.

Mi-septembre 2017, en pleine session du CIO à Lima, dix-sept organisations nationales antidopage, emmenées par les Américains avec notamment les Britanniques et les Français, et rejoints par une dizaine d'autres depuis, ont réclamé l'exclusion du Comité olympique russe pour les JO 2018.

francetv sport @francetvsport