Hollande L'Equipe 042012
François Hollande. | FRANCK SEGUIN / L'EQUIPE / AFP

Pour Hollande, "l'échec d'une nouvelle candidature aux JO serait terrible"

Publié le , modifié le

A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, François Hollande s’est rendu dans les locaux du journal L’Equipe pour parler de sport. Le candidat socialiste a été interrogé sur un large éventail de sujets, de la candidature française pour les Jeux Olympiques au Grand Prix de France de Formule 1, sans oublier le salaire des sportifs. Morceaux choisis.

Ministre des sports

« Tantôt on prend un sportif de haut niveau qui a un goût pour la politique, tantôt on prend une personnalité politique qui aime le sport (…) Pour ma part, je préfèrerais plutôt une personnalité politique qui aime et vit le sport, car je considère qu’être ministre d’un gouvernement suppose avoir une connaissance de la vie politique et administrative. »

A propos de la faible place du sport dans la campagne présidentielle

« (…) Le budget du ministère des Sports est trop faible pour susciter de grands débats. Il ne représente que 0.15% du budget de l’Etat, alors que le candidat sortant avait promis, en 2007, de le porter à 3%. Cela dit, on peut, d’un camp à l’autre, avoir des nuances sur le rôle du sport, la place de l’argent, la manière d’associer les fédérations ou les collectivités locales à une politique sportive. Mais il n’existe pas de clivage majeur et je ne m’en plains pas. »

Taxe à 75%, « la mort du football français » pour Thiriez

« Il est dans son rôle. Je connais Frédéric Thiriez depuis longtemps. Il a été dans des cabinets ministériels de gauche et devrait se souvenir que certains principes sont respectables. On peut aussi considérer que certaines rémunérations n’ont pas à être aussi importantes. J’ai appris que l’entraineur du Paris-Saint-Germain percevait 6 millions d’euros par an. A ce prix-là, je souhaite que le PSG soit champion de France ! »

Grand prix de France

« Il y a eu trop d’empressement sur ce dossier. Nous le réexaminerons si nous sommes élus. Je ne pense pas que ce soit à l’Etat de faire quelque effort financier que ce soit. Il y a suffisamment d’urgences pour ne pas considérer qu’il y ait des dizaines de millions d’euros à consacrer au Grand Prix. »

Candidature de la France aux JO

« L’échec d’une nouvelle candidature aux JO serait terrible. Cela fera quand même un siècle en 2024 qu’il n’y aura pas eu de JO d’été en France ! On peut donc avoir quelques prétentions. L’important est que cela ne fasse pas, une fois de plus, l’objet d’une récupération politique. »

Affaire des quotas

« Cela marche dans les deux sens, non ? Nous avons eu aussi des joueurs d’origine étrangère qui sont devenus de très bons joueurs de notre équipe nationale. Le jeune formé en France, qui a une double nationalité et qui choisit de jouer pour son pays d’origine, dès lors qu’il n’a pas porté le maillot de l’équipe de France, cela ne me dérange pas (…) Le principe devrait être le suivant : dès qu’un jeune porte le maillot d’une sélection, il ne devrait plus pouvoir en changer. Même si cela arrive assez tôt, en cadets ou en juniors. Cette règle devrait être posée à l’échelon international. »

Demain, ce sera au tour de Nicolas Sarkozy, son rival pour la course à l’Elysée, de se prêter au jeu des questions de L'Equipe.

Victor Patenôtre