Flamme olympique Sotchi
Shavarsh Karapetyan, détenteur à dix reprises du record du monde de nage avec palmes, a été témoin de l'extinction de la flamme | AFP - VALERIY MELNIKOV

Polémique sur la flamme des JO

Publié le , modifié le

Les autorités russes étaient confrontées mardi à de nombreuses questions, après que la flamme olympique utilisée pour le relais des JO-2014 à Sotchi et produite par un fabricant de missiles, se soit éteinte à quatre reprises. Deux fois lundi, le premier jour du relais, et deux fois mardi, selon des témoins et plusieurs médias.

La torche olympique a débuté lundi son parcours de 65000 km dans toute la Russie. Et déjà des voix se font entendre après qu'elle ait à plusieurs reprises perdu la flamme, justement. Après deux couacs ce lundi, elle s'est à nouveau éteinte mardi. Un des participants au relais, le célèbre Shavarsh Karapetyan, détenteur à dix reprises du record du monde de nage avec palmes, dont la torche n'a pas fait long feu lundi et a dû être ravivée par un officier de sécurité, s'est vu offrir la chance d'y participer à nouveau.

"La torche s'est éteinte deux fois. Ils ont dû la changer", a écrit le photographe moscovite Yury Feklistov, sur son compte Facebook où il a publié des photos d'un des incidents. "Nous avons des personnes qui s'en occupent. Je pense que les experts vont régler le problème", a indiqué le ministre des sports russe Vitaly Mutko à l'agence Itar-TASS.

Shavarsh Karapetyan porteur de la flamme l'a vue s'éteindre à deux reprises durant son relais
Shavarsh Karapetyan porteur de la flamme l'a vue s'éteindre à deux reprises durant son relais

4,8 millions d'euros de budget

Le parti pro-Poutine du Front populaire pour la Russie a néanmoins demandé  aux enquêteurs de déterminer si une partie des 4,8 millions d'euros, budget dévolu aux torches, a été gaspillée. Plus de 16.000 torches ont en effet été produites pour l'occasion par le  fabricant KRAMASH, dont l'usine basée en Sibérie est connue d'ordinaire pour produire des missiles balistiques pour les sous-marins russes ainsi que des pièces de la fusée Proton, pilier du programme spatial du pays.

Longue de près d'un mètre, la torche, censée résister selon les organisateurs des Jeux aux rudes conditions de l'hiver russe, est en aluminium et pèse 1,8 kilo, un poids qui a également suscité beaucoup de critiques. Quelque 12.000 policiers sont mobilisés sur le parcours de la flamme olympique arrivée dimanche en provenance de Grèce, la sécurité étant un enjeu majeur des JO de Sotchi, qui devraient être les plus coûteux de l'histoire.

Vidéo : le relais de la flamme