Pierre Vaultier
Le Français Pierre Vaultier champion olympique de snowboardcross | AFP - Lionel Bonaventure

Pierre Vaultier, la belle histoire

Publié le , modifié le

Favori malheureux il y a quatre ans à Vancouver, Pierre Vaultier est entré dans l’histoire du sport français par la grande porte en remportant ce mardi l’épreuve de snowboardcross des JO de Sotchi. Une résurrection alors que le Français –longtemps incertain pour blessure- a confirmé in extremis sa participation aux Jeux.

Que c’est mérité ! La médaille d’or arrachée ce matin sous la pluie par Pierre Vaultier ne doit rien au hasard. Elle récompense l’abnégation et le refus de laisser tomber d’un jeune homme dans la force de l’âge (26 ans) qui domine sa discipline depuis 2008. Seulement 35e pour sa première Olympiade, en 2006 à Turin (à 18 ans), le natif de Briançon était arrivé avec "la pancarte" aux Jeux de Vancouver il y a quatre ans.

L'échec de Vancouver

Il venait de remporter son deuxième gros Globe en trois saisons (2008, 2010) et pensait bien concrétiser sur l’épreuve reine. Las, la pression inhérente aux grands rendez-vous avait nuit à ses performances, et Vaultier avait pris une décevante 9e place, loin du podium. Sa propension à s’effondrer mentalement le jour J (il n’a enlevé aucune médaille lors des différents championnats du monde auxquels il a pris part) venait une nouvelle fois de contrecarrer les desseins du champion le plus régulier du circuit.

Mais le leader de l’équipe de France n’est pas homme à renoncer. Malgré une fracture du péroné droit en 2011, il termine deuxième de la Coupe du monde. L’année suivante, il soulève le Globe pour la troisième fois de sa carrière (en cinq saisons), prouvant de nouveau son immense talent de boarder. 

Vidéo: Pierre Vaultier sur le podium

"Vitesse de guérison incroyable"

Le 21 décembre 2013, il est victime d'une déchirure du ligament croisé antérieure du genou droit lors de la manche de coupe du monde de Lake Louise. Il part alors en rééducation et prend le risque de ne pas se faire opérer afin de tenter de participer aux JO, son rêve ultime. "Le tarif habituel c'est opération et six mois de rééducation", dit Nicolas Comte, l'entraîneur tricolore. Pierre Vaultier n'a pas été opéré et "sa vitesse de guérison a été simplement incroyable", explique Nicolas Comte. La présence de Vaultier à Rosa Khoutor deux mois après tient donc du miracle.

Ce matin, sur une piste piégeuse nécessitant un sang froid absolu, le Haut-Alpin a fait étalage de tout son talent en maîtrisant parfaitement tous ses runs, notamment en demi-finale (qu’il termine devant son compatriote Paul-Henri de le Rue) et en finale où il gère sa course de façon incroyable pour devancer de justesse le Russe Nikolay Olyunin. Il succède à De le Rue (2006) et Tony Ramoin (2010), tous les deux bronzés aux JO, mais fait encore mieux avec ce sacre olympique que beaucoup refusaient d’envisager vu les circonstances défavorables.

Vidéo: la finale en or de Pierre Vaultier

 

 Le parfum de la revanche

"C'est incroyable, c'est un miracle, je n'ai plus de ligament croisé, je cours avec une attelle, il y a deux mois, c'était presque impensable", a déclaré le nouveau champion olympique.  "J'ai fait tout pour être là alors que le timing était ultra-serré (...) J'ai souvent eu des déboires dans les grands rendez-vous", a-t-il ajouté. "C'était peut-être ma chance d'arriver en gros outsider, je n'arrive pas encore à réaliser, je n'ai pas encore atterri, je suis encore en l'air dans mon saut sur la dernière table (bosse)", a-t-il conclu, ému et heureux.

Pierre Vaultier est "un garçon carré qui détonne dans son sport" ou "la plupart de ses concurrents sont des casse-cou" confie Luc Alphand qui habite à 300 mètres de chez lui à Serre-Chevalier. "Pour moi, ce n'était pas gagné d'être aux Jeux, c'était même plutôt perdu, Du coup, j'ai l'esprit libéré, être ici c'est du bonus", disait-il à quelques jours des Jeux, après trois semaines seulement de rééducation. Vaultier apporte à la France son troisième titre des JO 2014 après les deux médailles d'or de Martin Fourcade en biathlon. Mais si cette médaille d’or a la même valeur, elle possède le parfum particulier de la revanche qui donne toute sa saveur au sport de haut niveau.

Vidéo: la réaction de Pierre Vaultier

Grégory Jouin @GregoryJouin