Michael Phelps
L'Américain Michael Phelps | AFP - GETTY IMAGES

Phelps, à la source d'une légende

Publié le , modifié le

Les Jeux Olympiques de Londres étaient l'occasion pour Michael Phelps d'asseoir un peu plus sa légende. Nageur le plus titré sur une édition olympique (8 médailles à Pékin), il est sans nul doute le plus grand nageur de tous les temps. Avec 19 médailles olympiques, il est devenu l'athlète le plus médaillé de l'Histoire. Michel Rousseau, consultant France Télévisions, décrypte les "secrets" du phénomène.

"Son plus grand exploit, c’est être présent aux grands rendez-vous." Depuis l'arrivée de Michael Phelps dans les bassins, Michel Rousseau a eu le temps de l'observer, de décortiquer en détails chacun de ses mouvements. Consultant pour France Télévisions, l'ancien vice-champion du monde du 100m (1973) et champion d'Europe (1970) est admiratif de sa capacité à être extrêmement performant dans les différentes nages, et les différentes distances. "Michael Phelps c’est d’abord le nageur qui est capable de gagner un 100 papillon et un 400m 4 nages, et de se comporter de façon exceptionnelle sur 4X100m nage libre avec l’équipe des Etats-Unis. C’est le nageur le plus complet. Quand on fait 400m 4 nages, il est rare de faire du sprint. Le deuxième point, c’est qu’il a duré sur les Olympiades, ce qui est extrêmement rare." Champion du monde pour la première fois à Fukuoka en 2001, champion olympique lors de ses deuxièmes JO en 2004 à Athènes, Michael Phelps n'a jamais raté deux finales de suite dans un grand championnat. Et cela tient à plusieurs facteurs.

"Physiquement, c’est un type exceptionnel. Il est grand, balèze, il est aquatique car il n’a pas des muscles trop proéminents. Il est resté longiligne même s’il s’est beaucoup musclé ces dernières années", avance Michel Rousseau. Mais le physique n'est pas sa seule arme: "En plus, il flotte bien", dit-il, expliquant qu'il "a été un des premiers à nager à plat sur l’eau, sans trop se lever". Il a des qualités physiques exceptionnelles, des qualités de flottaison, mais il a aussi une capacité plus forte, lors des compétitions, à se concentrer. Il ne semble pas avoir de pensées négatives, ce qui arrive parfois à de grands champions."

Spitz plus novateur

Fort dans son corps, fort dans sa tête, le Kid de Baltimore a également ce soupçon de réussite "comme lorsqu’il gagne le 100m papillon des Jeux Olympiques d’un souffle à Pékin. Mais c’est une chance apportée par toutes ses qualités." Bien évidemment, Michael Phelps n'a pas réussi tout cela tout seul. "C’est mental, c’est physique, c’est aussi un environnement. Dans la performance, 90% réside dans l’athlète, mais il y a son coach, le lieu où il s’entraîne qui entre en compte. Tout cela est bien adapté à Michael Phelps. Bob Bowman, c’est l’entraîneur qui a été capable d’accorder les capacités physiques et mentales de Michael Phelps avec tous les éléments de sa vie depuis qu’il a commencé."

Si Michael Phelps a duré plus longtemps que Mark Spitz ou s'est illustré dans bien plus de disciplines que Ian Thorpe, Michel Rousseau n'est pas admiratif de son apport technique à la natation: "En terme d’innovation, Spitz en a amené plus que lui, avec le grab start, et il a été le premier les dauphins sous l’eau, même sans les amplifier." Après quatre JO, six Mondiaux en grand bassin, Michael Phelps devrait prendre le chemin de sa retraite. En étant assuré de rester au sommet pendant très longtemps.

19e médaille pour Michael Phelps

La réaction de Michael Phelps