Tony Parker
Tony Parker | BERTRAND GUAY / AFP

Parker retarde son arrivée dans le groupe France

Publié le , modifié le

Blessé à un oeil lors d'une bagarre à New York, Tony Parker a été contraint de retarder son arrivée au stage de l'équipe de France à Pau. Initialement, il devait arriver dans la soirée, mais des soins complémentaires l'ont obligé à différer son voyage entre Paris et Pau à dimanche.

"(Tony) poursuit son suivi thérapeutique donc c'est plus facile qu'il reste  à Paris plutôt que revenir à Pau", a expliqué le directeur de l'équipe de  France Patrick Beesley. "L'ophtalmologiste souhaite le revoir quotidiennement", a évoqué pour sa  part l'entraîneur Vincent Collet qui compte sur la présence du meneur des Spurs  de San Antonio lundi à l'entraînement dans le Béarn. Il fait face à de multiples contre-temps, depuis le début du stage de prépération de l'équipe de France la semaine dernière à l'INSEP. Ali Traoré, blessé et contraint de quitter le groupe pour se soigner, Rodrigue Beaubois, bloqué par son club de Dallas, Ian Mahinmi, également bloqué aux Etats-Unis pour trouver un nouveau contrat, Kim Tillie, appelé en renfort à l'intérieur mais renvoyé chez lui après des tests médicaux non-concluants, et désormais Tony Parker retardé par cette blessure à l'oeil. Sans oublier que Ronny Turiaf est toujours sur le pont avec son équipe de Miami en finale NBA. "Si jamais ils (les joueurs de Miami qui mènent 3-1) gagnaient jeudi, ils  auront des obligations par rapport à la parade, mais (Ronny) m'a encore  confirmé cette nuit qu'il arriverait le plus vite possible", a confié Beesley.

Des discussions avec Noah et Batum

Quant à Joakim Noah, qui soigne toujours sa cheville aux Etats-Unis, les nouvelles semblent rassurantes: "Il y a une amélioration mais ça demande encore du travail", précise Collet.  "Il continue de se soigner et de travailler sur Los Angeles, puis il doit  rentrer sur Chicago et voir une ostéopathe qui le suit. L'idée serait qu'on le  récupère le plus tôt possible mais on va continuer à parlementer". Bref, le staff de l'équipe de France n'est pas prêt d'avoir à sa disposition un groupe complet et "prêt à l'emploi". Mais il savait qu'en débutant la préparation alors même que la saison (en NBA comme en France) n'était pas finie, le risque était grand de ne pas être à 100%.

La bonne nouvelle est tout de même venue de Boris Diaw, qui a "accepté la police d'assurances que la Fédération lui proposait", selon Patrick Beesley. "Il a signé, il est couvert et en étant de s'entraîner normalement." En revanche, Nicolas Batum, l'autre joueur sans contrat NBA, est toujours contraint de s'entraîner en solo, sans opposition. 'Nicolas et ses  conseillers n'ont pas donné suite à la proposition de la Fédération", a explique le directeur des Bleus, qui se montre confiant avec "la signature du contrat qui va tout développer" à partir du 1er juillet, date de l'ouverture du marché en NBA. Jusque-là, l'ancien (futur ?) joueur de Portland ne peut discuter avec aucun club. Et il ne pourra donc pas participer aux trois premiers matches de préparation, les 27, 28 et 29 juin, contre l'Italie (deux fois) et la Côte-d'Ivoire.