Les Champs-Elysées Paris 2024
L'Arc de Triomphe s'était drapé des couleurs des JO 2024 | DPPI - PHILIPPE MILLEREAU

Paris va dévoiler ses plans pour les JO 2024

Publié le , modifié le

Sites, budget, philosophie, héritage.... Les détails du dossier de candidature de Paris aux JO-2024 seront remis au CIO mercredi et dévoilés l'après-midi lors d'une grande cérémonie à la Philharmonie qui devrait consacrer une vision centrée sur la jeunesse, la maîtrise des coûts et la durabilité.

La cérémonie est à suivre en direct sur le site de francetvsport à partir de 16h

Ce que l'on sait

Du dossier de 60 pages que Paris, comme ses concurrents, doit remettre au CIO avant mercredi minuit sous forme de clés USB, on connaît les grandes lignes, notamment en terme d'équipements : Stades et arenas existants, comme le Stade de France (cérémonies et athlétisme), Jean-Bouin (rugby), le Parc des Princes (foot) ou Bercy (basket, judo, lutte) y sont associés à d'emblématiques lieux de la capitale comme les Invalides (tir à l'arc), le Grand Palais (escrime, taekwondo) ou le Champ de Mars (beach volley). Le projet possède sur ce point un énorme atout: excepté le village des athlètes de 17.000 lits prévu sur l'Ile-Saint-Denis et le centre nautique d'Aubervilliers, les équipements existent déjà ou sont programmés et financés, que les JO aient lieu à Paris ou non.

Le budget qui sera annoncé dans le dossier sera de fait relativement resserré : 3,2 milliards d'euros pour le volet opérationnel, financé par un subside du CIO et la billeterie, auxquels il faut ajouter 3 milliards d'euros pour les infrastructures dont 1 million pour les constructions spécifiques aux JO (rénovation du stade de France, construction de la piscine) et 1,7 million pour le village au financement duquel devraient prendre part des investisseurs privés qui récupèreraient ensuite leur mise en le transformant en logements. De Paris-2024, on connaît également depuis une semaine le logo, figurant à la fois la Tour Eiffel et le chiffre 24, qui accompagnera la candidature jusqu'à l'élection du 13 septembre 2017 à Lima. Enfin, on sait également que les Jeux auraient lieu durant la première quinzaine d'août, période traditionnellement calme à Paris.

Ce que l'on suppose

Objet d'un travail assidu depuis plusieurs semaines, le "storytelling" de la candidature parisienne sera au centre de la présentation qu'en feront ses responsables à la Philharmonie. En clair, il s'agit de raconter au CIO "pourquoi Paris veut les Jeux et surtout pourquoi le choix parisien sera le meilleur pour le mouvement olympique", explique Bernard Lapasset, co-président de Paris-2024. On le sait, les porteurs de la candidature, Lapasset mais également son alter ego Tony Estanguet et le directeur général Etienne Thobois, sont très admiratifs de la campagne londonienne. Le slogan des JO-2012, "Inspire a generation", les a profondément marqués. Or, de part sa topographie et son contexte, le projet de Paris peut revendiquer une philosophie cousine. Territoire phare des JO-2024 s'ils sont décernés à Paris, le département de Seine-Saint-Denis, le plus jeune et l'un des plus pauvres de France, bénéficiera en effet d'une sérieuse réhabilitation comme l'East End de Londres il y a dix ans.

C'est d'ailleurs ainsi que la maire de Paris, Anne Hidalgo, très longtemps hostile à la candidature, explique sa volte-face. Ce territoire "est stratégique par sa population, jeune, dont les parents sont nés souvent ailleurs, une population qui a envie de s'engager, qui aujourd'hui nous envoie des messages de détresse", déclarait-elle après les attentats de janvier. Les événements de novembre n'ont fait que renforcer l'évidence du discours. Les JO, pour ses partisans, doivent retisser le lien d'une société divisée. A ce titre, le choix de la Tour Eiffel, symbole des attentats du 13 novembre, comme logo de la candidature, est tout sauf un hasard.

Ce que l'on va découvrir

Le film manifeste de Paris-2024 sera projeté en avant-première à la Philharmonie, néo-monument parisien situé à la lisière de la Seine-Saint-Denis. Ce ne sera pas celui qui sera montré aux électeurs du CIO en septembre 2017 à Lima mais une première ébauche qui permettra de lancer la campagne de communication qui s'agrémente d'un slogan. Enfin, Paris découvrira mercredi l'argumentaire détaillé de ses concurrentes, Budapest, Los Angeles et Rome qui enverront également leur projet au CIO et le dévoileront simultanément. Toutes les villes devront envoyer une seconde mouture de leur dossier en octobre 2016.

AFP