Anne Hidalgo, maire de Paris
Anne Hidalgo, maire de Paris | AFP

Paris approuve la révision du processus d'attribution des JO

Publié le , modifié le

Paris "apporte son" soutien au Comité international olympique pour revoir le processus de désignation des villes hôtes, a déclaré lundi la maire de Paris Anne Hidalgo, après une rencontre avec le CIO qui envisage une double attribution des JO-2024 et 2028.

"Paris apporte son soutien au CIO pour revoir le processus de désignation des villes candidates", a déclaré Mme Hidalgo, à l'issue d'une rencontre avec le président de l'instance, Thomas Bach puis avec le groupe de travail chargé de réfléchir à une possible double attribution. Ce groupe de travail, dont la création a été annoncée à la mi-mars, est composée des quatre vice-présidents du CIO. Son objectif est de répondre au souhait de M. Bach de ne perdre ni Paris ni Los Angeles et clairement de leur garantir soit les JO-2024 soit ceux de 2028 lors du vote en septembre prochain à Lima. La réflexion du CIO est "intéressante et légitime (...) Nous allons accompagner le CIO dans ce processus", a ajouté Mme Hidalgo. "Nous soutenons (la révision) du processus car nous sommes partenaires du CIO", a ajouté Tony Estanguet, coprésident de la candidature parisienne. "Nous restons ouverts à la discussion", a ajouté Estanguet, l'un des deux membres français du CIO, rappelant cependant que "Paris continue de rester concentré sur 2024 car nous pensons que Paris est le meilleur endroit pour organiser les JO-2024".

Lundi, à la veille de la présentation de leur projet aux fédérations internationales réunies à la convention SportAccord à Aarhus, Los Angeles et Paris ont tour à tout rencontré d'abord le président Bach puis le groupe de travail. "Nous avons eu une réunion de courtoisie et une conversation très polie. Nous n'avons pas abordé les questions techniques", a déclaré M. Bach à l'issue de cette rencontre. Interrogé pour savoir si la question de la possible double attribution des JO-2024 et 2028 avait été abordée, M. Bach a répondu que "cela relève du groupe de travail" constitué des quatre vice-présidents du CIO. En fin de journée, Los Angeles n'avait de son côté pas commenté ces réunions attendant la réaction "officielle" du CIO pour communiquer, selon un de ses porte-parole.

AFP