Le surf
Le surf | AFP - RODGER BOSCH

Paris 2024: Pas de vague artificielle pour les épreuves de surf

Publié le , modifié le

Faisant partie des quatre sports additionnels proposés par le Comité d'organisation de Paris 2024 au Comité international olympique, le surf ne se passera pas sur des vagues artificielles. le Comité d'organisation en a décidé ainsi, fermant la porte à la candidature de Sevran, en région parisienne, pour accueillir cette compétition. Biarritz (avec Capbreton, Hossegor, Seignosse), Lacanau, La Torche font partie des candidats.

"On a la chance en France d'avoir plusieurs sites naturels qui ont l'expérience, l'expertise en matière d'accueil de grands événements internationaux en surf". Tony Estanguet, président du Comité d'organisation de Paris 2024 a ainsi officialisé l'abandon d'un projet de bassin de surf construit à Sevran, en région parisienne. "Il a été décidé lors du dernier conseil d'administration de Paris-2024 de ne pas utiliser de vague artificielle pour accueillir les épreuves de surf et de privilégier plutôt un site naturel", a-t-il expliqué. La promesse affichée d'organiser des Jeux avec une grande ambition environnementale allait à l'encontre d'un tel projet à Sevran. 

"On va lancer probablement un appel à candidatures pour choisir le site du surf si le CIO validait la proposition le 25 juin prochain", a précisé Tony Estanguet. Trois sites ont déjà candidaté: Biarritz, alliée à trois communes des Landes (Capbreton-Hossegor-Seignosse), Lacanau (Gironde) et le site de La Torche (Finistère).

Déjà sport invité à Tokyo-2020, le surf doit encore être validé fin juin lors d'une session du CIO, comme l'escalade, le breakdance et le skateboard.