Steven Da Costa.

Paris 2024 : le karaté veut défendre sa place aux JO

Publié le , modifié le

Absent des sports additionnels pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, le karaté ne compte pas en rester là. Plusieurs représentants de la discipline vont être reçus ce mercredi par des membres du comité d'organisation des JO. L'objectif ? Faire infléchir leur position et ramener le karaté à Paris dans cinq ans.

Après la (très) mauvaise surprise, le monde du karaté ne compte pas abdiquer. Le 21 février dernier, les férus de la discipline apprenaient avec stupeur qu'ils ne seraient pas de la partie en 2024, lors des Jeux olympiques de Paris. L'art martial ne fait pas partie des quatre sports additionnels sélectionnés par Tony Estanguet et les membres du comité d'organisation (COJO) de Paris 2024. Lui ont été préférés le surf, l'escalade, le skate - trois sports déjà présents à Tokyo en 2020 - et le breakdance, une discipline expérimentée lors des Jeux Olympiques de la jeunesse (JOJ) qui colle à l'image "révolutionnaire, connectée à son époque" que veut promouvoir le COJO.

Une mobilisation sur les réseaux sociaux

Dans un message posté sur sa page Facebook ce mardi, la Fédération française de karaté (FFK) a confié son intention de ne pas en rester là. Mercredi 6 mars, plusieurs officiels dont le président de la Fédération mondiale de karaté et celui de la FFK, Francis Didier, vont être reçus par les membres du COJO avec pour objectif "de le convaincre de compléter le programme des sports additionnels pour les JO de 2024 avec le karaté".

La Fédération a également invité les athlètes français - comme le champion du monde des -67kg Steven Da Costa - à partager le message de soutien sur leurs réseaux sociaux en utilisant le hashtag #Karate2024. En attendant peut-être un élément de réponse dès demain dans ce combat olympique qui n'a pas fini de faire parler.