Thierry Omeyer commande sa défense
Thierry Omeyer commande sa défense | DR

Omeyer de sa forme

Publié le , modifié le

Thierry Omeyer, plus de 230 sélections au compteur, continue de sortir de temps en temps un match énorme dans la cage. Souvent bon, toujours solide, l’Alsacien a cette fois été ahurissant. Il a écoeuré les attaquants croates et mis sur orbite les Experts.

Infranchissable ! Pendant 5’30, la Croatie s’est montrée incapable de battre Thierry Omeyer, auteur d’un match fantastique et d’un début de rencontre éblouissant. Six arrêts magnifiques et les Bleus prennent trois buts d’avance, exactement l’écart final entre les deux nations (25-22). Des « Titi, Titi » ont résonné d’entrée, enflammant encore davantage un portier qui ne manque ni de talent ni de charisme. Et ça a duré 60 minutes.

Un dernier rempart qui porte bien son nom

Après chaque arrêt, le goal de Kiel semble littéralement possédé : il lève le point, bombe le torse et cri très fort pour évacuer l’adrénaline autant que pour motiver ses partenaires. Résultat ? 14 arrêts en première période et 19 au total. Et encore ne retient-on pas ceux effectués après le coup de sifflet des arbitres. Bluffant de facilité –à croire qu’il devinait à chaque fois où allait le ballon, Thierry Omeyer a permis aux siens de ne pas douter lorsque la réussite aux tirs a manqué : déviations, face à face remportés, manchettes réflexes, arrêts d’une main ferme ou encore présence tellement imposante que les attaquants slaves forçaient leurs tirs (qui terminaient à côté, au dessus ou sur la barre), il leur a tout fait !

Horvat a vu son penalty stoppé, Gojun et Vukovic leurs tentatives repoussées. Même le grand Ivano Balic n’a trouvé la solution que sporadiquement. Il rendra d’ailleurs hommage à l’équipe de France au terme de la partie en la décrivant comme « la plus belle équipe de tous les temps ».

"60 minutes pour décrocher l'or"

« Il fallait mettre le plus rapidement possible en échec les tireurs croates », a confié Titi. « Ce sont des tireurs de qualité. Il fallait les faire douter et c’est sûr que ça s’est bien passé derrière. On a très très bien défendu ». « Contre eux, c’est une longue histoire, une belle histoire qui a souvent tourné en notre faveur », a-t-i poursuivi.

« On voulait à nouveau se qualifier pour la finale. On a fait un grand match et on peut être fiers de ce qu’on a accompli depuis le début du tournoi. Maintenant il nous reste 60 minutes pour aller décrocher l’or. On s’était dit qu’une nouvelle compétition commençait à partir des quarts de finale. On a gagné le quart, on a gagné la demie, maintenant on va tout faire pour gagner la finale ».