Vastine boxe au sol 082012
Vastine envahi par la déception | AFP-Guez

Noble art et controverse

Publié le , modifié le

Deux mois après le combat qui avait ébranlé le monde de la boxe avec l'étonnante victoire de Timothy Bradley sur Manny Pacquiao (WBO), les amoureux de la boxe se réveillent ce matin encore groggys.

Il y a quatre ans aux Jeux de Pékin, Alexis Vastine avait crié à l'injustice. Battu en demi-finale des super légers alors qu'il avait clairement dominé le Dominicain Felix Diaz, il avait eu du mal à s'expliquer la décision des juges. Avec deux pénalités consécutives très sévères dont l’une à 19 secondes du terme, Vastine n'était sans doute pas destiné à remporter la médaille d'or… A Londres, le Normand était revenu dans la catégorie mi-moyens avec la ferme intention d'aller chercher ce titre olympique, et surtout tourner la page de cette improbable décision.

Après quatre ans d'entraînement intensif, quatre ans à ne penser qu'à réparer cette injustice, quatre ans à taper dans ces sacs de sable avec la rage au ventre, Vastine se retouvait donc en quarts de finale pour ces Jeux de Londres. Opposé au champion du monde ukrainien Taras Shelestiuk, le boxeur français d'origine russe savait qu'il aurait fort à faire. Et si le combat a bien été accroché, la balance penchait toutefois en faveur de Vastine, plus dominateur sur l'ensemble du duel. Mais l'histoire s'est répétée, et les juges ont donné la victoire à l'Ukrainien, lui-même surpris de la décision…

De la politique ou du sport ?

"Je ressens de  l'injustice, un gros ras le bol", a lancé Vastine. "Je dis clairement, c'est de la politique, ce n'est pas du sport; Ce n'est pas forcément l'Ukraine (qui est favorisée). Je ne sais pas, je ne veux pas dire des choses... Mais ça existe, j'en suis sûr". Le coup est rude et soulève inévitablement des questions. On ne peut que se remémorer des errements d'une autre discipline olympique, le patinage artistique, qui en son temps, avait connu des périodes assez troubles avec des décisions plus controversées les unes que les autres.

Il est souvent difficile d'expliquer des écarts de notes aussi élevés d'un juge à l'autre, et même les observateurs les plus aiguisés sur la question peinent à trouver une explication. Sans verser dans le chauvinisme, les observateurs s'étaient également étonnés de la défaite de Nordine Oubaali, battu également en quart de finale face à l'Irlandais Michael Conlan. Oubaali avait peu après déclaré qu'il était tellement dégoûté qu'il allait soit tourner totalement la page de la boxe, soit passer professionnel. Mais le récent combat Bradley/Pacquiao a malheureusement démontré que même chez les professionnels, les décisions pouvaient être injustes.

La réaction de Vastine après son combat

Romain Bonte