Andy Murray insatiable face à Roger Federer
Andy Murray insatiable face à Roger Federer | AFP - Luis Acosta

Murray brise le rêve de Federer

Publié le , modifié le

Un mois après sa défaite en finale de Wimbledon, l'Ecossais Andy Murray a pris une somptueuse revanche et offert une nouvelle médaille d'or à la Grande-Bretagne, en s'imposant sur le même central londonien en finale du tournoi olympique face au grand favori, le Suisse Roger Federer, N.1 mondial en moins de deux heures et en trois sets 6-2, 6-1, 6-4. Porté par son public, le Britannique a étouffé un Federer fatigué, qui échoue dans la quête du seul titre qui manquait à son palmarès et qui devra se contenter d'une médaille d'argent qui pour lui aura un peu un goût amer.

Chose impossible sur le circuit, où il faut attendre au moins un an pour pouvoir rendre sa revanche sur le même terrain, Murray se voyait donner l'occasion de sécher ses larmes seulement quelques semaines après les avoir versées. Et il n'a pas laissé passer sa chance dans un Central Court plein à craquer. Une médaille d'or n'équivaut peut-être pas un titre du Grand Chelem, derrière lequel la Grande-Bretagne court désespérément depuis 1936. Mais en termes d'émotion, à domicile et à Wimbledon, cela a donné des frissons à toute une nation.

Après sa victoire en demi-finale du Novak Djokovic, et sa certitude de monter sur le podium, Any Murray affirmait être serein et déterminé. Il l'a démontré dans un finale quasi à sens unique.  Pour l'Écossais, ce tournoi  olympique était l'unique manière de défendre les couleurs de son royaume vu sa faillite en Coupe Davis. C'était aussi l'opportunité de décoller un peu son étiquette de loser magnifique, lui qui a perdu ses quatre finales du Grand Chelem, dont trois face à Federer .

Sur un air de revanche

Même si le Suisse partait logiquement favori, Andy Murray savait qu'il devait saisir cette chance inouïe d'entrer dans l'histoire devant un public tout acquis à sa cause. D'autant que la pression était surtout sur Federer qui s'était fixé comme objectif une médaille d'or pour compléter son immense palmarès auquel il ne manque que la Coupe Davis....et donc l'or olympique. Champion olympique en double en 2008, le N.1 mondial avait échoué avant les demi-finales lors de ses trois premiers Jeux. L'homme aux 17 titres du Grand Chelem était beaucoup plus près de réaliser son rêve cette fois, dans un jardin qui lui a souvent réussi. C'était sans compter sans le contexte et sans l'énorme volonté d'un Murray en état de grâce.L'Ecossais, qui succède à l'Espagnol Rafael Nadal au palmarès, s'offre là le plus beau titre de sa carrière. Il est le premier Britannique champion olympique en simple depuis un certain Arthur Gore, qui s'était imposé en 1908, déjà à Londres.

Federer sans ressort

Dès l'entame du match, Murray a fixé les règles. Il allait se comporter en patron. Il est  entré dans la partie tambour battant. Ne cédant pas un pouce de terrain en défense et très offensif, il a rapidement pris le contrôle du match. Et dans une atmosphère inhabituellement hostile pour lui, qui a toujours été le favori du public normalement très sage de Wimbledon, Federer est très vite apparu sans ressort. Le Suisse avait dû passer 4 heures et 26 minutes sur le court pour éliminer Del Potro en demi-finale, à l'issue du match en trois sets le plus long de l'ère Open, et il a fini par payer ses efforts. Se mouvant moins bien qu'à l'habitude, il n'a jamais réussi à transpercer la défense de Murray. Le Suisse a commis 31 fautes directes pour seulement 24 coups gagnants, un ratio qui ne lui donnait guère de chances de s'imposer.

Il a aussi été incapable de concrétiser la moindre balle de break (0 sur 9). A contrario, l'Écossais lui a dicté le jeu avec autorité, l'a mis sous l'éteignoir et ne l'a plus jamais laissé respirer. Murray a aligné neuf jeux consécutifs de 2-2 dans le premier set à 5-0 dans le 3e. Virevoltant et poussé comme jamais par un public surexcité, il n'a ensuite plus lâché sa proie.

Federer tout de même satisfait de son tournoi

Une finale historique

 

Christian Grégoire