Steve Missillier
Steve Missillier | AFP

Missillier, à l'ombre de Pinturault

Publié le , modifié le

Steve Missillier vient de cueillir sa plus belle récompense avec cette médaille d’argent du slalom géant des JO de Sotchi. A 28 ans, le Haut-Savoyard a devancé tous les favoris à l’exception de l’intouchable Ted Ligety. Une performance extraordinaire pour un skieur de talent qui vit sa carrière de façon discrète, dans l’ombre du médiatique Alexis Pinturault.

Steve Missillier est entré dans l’histoire du ski français ce mercredi à Rosa Khutor en réussissant un véritable exploit. Dépasser ses potes Alexis Pinturault et Thomas Fanara, et une pléiade de géantistes de valeur dont le Tchèque Ondrej Bank, l’Américain Bode Miller ou encore les Autrichiens Benjamin Raich et Marcel Hirscher, tous éjectés du podium par la faute de ce grand escogriffe (1,86 m pour 80 kg).

Un Fan Club au Grand Bornand

Pour sa deuxième participation aux Jeux (13e en géant à Vancouver en 2010), Steve Missillier a régalé : les (télé)spectateurs d’abord, le staff et ses coéquipiers de l’équipe de France ensuite –qui ont perdu l’expérimenté Cyprien Richard, blessé gravement, et ses fans du Grand Bornand. S’il est originaire d’Annecy, Missillier défend les couleurs du club Défense EMHM (Ecole Militaire de Haute Montagne).

"Le petit Bode Miller"

Toujours honorablement classé, l’élève de Gilles Brenier et David Chastan n’est pas inconnu au bataillon puisqu’il compte quelques performances de choix dont une 6e place en slalom aux Mondiaux de Val d’Isère en 2009. Cette saison, il avait claqué une belle 4e place en géant à Sölden. « On ne le surnomme pas le petit Bode Miller pour rien », sourit Carole Montillet, championne olympique de descente en 2002 et consultante pour France Télévisions. « Il possède un ski hyper fluide, il a un bon écart de pied, il est beau à voir », poursuit-elle. « Techniquement parlant, c’est plus finesse que puissance ».

Site internet pas à jour

Champion de France de géant en titre, il n’a pas une gueule de star ni le charisme d’un Jean-Baptiste Grange ou d’un Alexis Pinturault (22 ans, médaille de bronze aujourd’hui) qui vole un peu sans le vouloir la vedette à ses copains. Plus à l’aise sur les skis que pour alimenter son site internet qui donne des nouvelles du 23 octobre en Une, Steve Missillier reste un gars simple qui n’aspire pas à la gloire. Il ne dédaignera toutefois pas se retrouver sous les projecteurs dans les prochaines heures. Après tout, il l’a bien cherché.

Vidéo: la réaction de Steve Missillier et Alexis Pinturault