Maurice Manificat, l’heure de conclure

Maurice Manificat, l’heure de conclure

Publié le , modifié le

Maurice Manificat va tenter de boucler ces Jeux Olympiques par une médaille dans l’épreuve longue distance, le 50 km. Le natif de Sallanches vise une nouvelle médaille après celle du relais 4x10 km (avec ses potes Jean-Marc Gaillard, Robin Duvillard et Ivan Perrillat Boiteux.

A 27 ans, Maurice Manificat est dans la force de l’âge. Le fondeur français, qui a débuté sa carrière en 2003, brille régulièrement en Coupe du monde (de nombreux podiums dont trois victoires), mais il n’a jamais scoré en individuel sur les grands rendez-vous.

Davos, comme un rappel de son talent

Ses meilleurs résultats ? Une 6e place sur le 165 km aux Mondiaux 2011 à Oslo, une 6e place sur le 15 km aux Jeux de Vancouver, sans oublier une 4e place sur le relais 4 x 10 km aux JO 2010, et une 6e place sur le sprint –relais- aux Mondiaux de Val di Fiemme en 2013. 

Une breloque en solo aux Jeux permettrait à cet éternel insatisfait de valider un parcours solide à défaut d’être toujours mis en valeur. "C’est l’événement majeur que tout le monde prépare depuis quatre ans", confie celui qui a remporté le 30 km de Davos le 14 décembre, un an après son dernier succès (le skiathlon de Canmore). La troisième victoire de sa carrière, la première en style libre.

Ce jour-là, Manificat a pris date en matant la concurrence norvégienne (Jespersen et Sundby) dans une épreuve comptant pour la répétition officielle du 50 km de Sotchi. Son problème au genou droit du début de saison oublié, le Français espère porter haut le drapeau tricolore, comme Jean-Marc Gaillard.

L’avis de Vincent Jay

"Maurice est capable de tout. Il peut briller aussi sur le 50 km car il a un cœur énorme et des poumons énormes. Il a la fougue, l’énergie et il tient parce qu’il est très endurant. Il fait d’ailleurs souvent des trails, des courses en montagne. Si toutes les conditions sont réunies, il peut faire une médaille".

Grégory Jouin @GregoryJouin