Martin Fourcade pas déçu

Martin Fourcade pas déçu

Publié le , modifié le

Le biathlon est décidément un sport qui gagne à être connu. Le spectacle offert ce mardi sous la neige par les 30 meilleurs biathlètes de la planète sur la piste de Laura a émerveillé spectateurs et observateurs. Le final splendide, qui a couronné d’une courte spatule Emil Svendsen devant Martin Fourcade, restera dans les mémoires.

« Le final est exceptionnel mais on aurait bien aimé battre les Norvégiens, ajoutait Siegfried Mazet quelques instants plus tard. « On aurait pu continuer sur la dynamique de victoires mais les Dieux du ciel n’étaient pas avec nous. Au moins, ça a fait une belle course. Et puis les Norvégiens avaient les boules (sic) depuis le début des JO. On sentait qu’ils avaient vraiment envie de faire quelque chose aujourd’hui, et ça n’a pas manqué ». Svendsen a en effet accompli une petite prouesse en empêchant son rival tricolore de le sauter sur la ligne. En cas de succès, Fourcade aurait rejoint Jean-Claude Killy au palmarès français avec trois breloques dorées, mais il se serait surtout fortement rapproché du record en biathlon établi par Bjoerndalen (4 médailles d’or aux JO 2002).

"Je serai là dans quatre ans. Pas lui"

Le cadet des frères Fourcade a d’ailleurs tenu à rendre hommage au Scandinave à l’issue de la course : « Je n'ai pas à être déçu, j'ai donné 100% », a lâché Martin Fourcade. « Quelque chose ne voulait pas que je sois trois fois champion olympique, ce n'est ni la météo ni les balles qui l'ont fait mais finalement c'est Emil », a commenté le Français. « Je me suis battu comme un lion sur le dernier tour, j'ai donné plus que ce que j'avais ». « Dans l’état où j’étais ce matin, on m’aurait dit ça, j’aurais été content », a-t-il repris. « C’est tout de même ma troisième médaille de ces Jeux », la quatrième après celle d’argent obtenue sur cette même épreuve en 2010.

L’argent fera donc pour une fois son bonheur, d’autant que le Français a contribué à rendre cette mass start exceptionnelle en offrant avec Svendsen un final à couper le souffle aux spectateurs. « Dans le dernier virage, il s’écarte pour laisser passer Emil », expliquait Siegfried Mazet. « Je crois qu’il y a un peu d’intox pour faire croire qu’il est moins bien. Bon, ça n’a pas marché mais ça tient à rien ». « Ca se joue souvent à pas grand chose avec Emil », confirmait Fourcade. « En quatre ans, j'ai gagné 30 Coupes du monde, je suis 5 fois champion du monde, double champion olympique, double vice-champion olympique, je ne vais pas pleurer parce que je me suis fait battre au sprint par mon meilleur adversaire depuis quatre ans. Je pense qu'il ne sera pas là dans quatre ans, moi j'y serai"

Vidéo: la réaction de Martin Fourcade

Grégory Jouin @GregoryJouin