Louisa Necib
Louisa Necib | MIGUEL MEDINA / AFP

Marinette Pichon : "Les Bleues pas assez régulières"

Publié le , modifié le

La consultante de France Télévisions pour le football féminin est revenue pour nous sur le parcours irritant des filles de Bruno Bini durant ces Jeux Olympiques. Selon elle, l’équipe de France n’a pas atteint son meilleur niveau.

« J’ai envie de dire que c’est une quatrième place moins méritée que celle de l’an dernier au Mondial. En 2011, les filles perdent contre les Etats-Unis en demi-finales puis la Suède lors de la petite finale : deux belles équipes. Cette année, les deux défaites face au Japon puis au Canada ne sont pas méritées. Clairement, l’équipe de France était plus régulière qu’en 2011. Cette année, elles étaient branchées sur courant alternatif. Elles ont très souvent fait une mi-temps ratée puis une deuxième réussie.

Elles n’ont pas été réalistes. Elles n’ont pas été en capacité de concrétiser le très grand nombre d’occasion qu’elles se sont procurées. Elles ont encore tiré 25 fois au but contre le Canada. Mais il e faut pas montrer du doigt l’attaque. C’est un groupe. La défense a également eu des ratés. En fait, dans les deux zones de vérité, on a manqué d’efficacité. On a touché des barres alors que nos attaquantes sont très bonnes. On a manqué de réussite et il y a également un gros travail à faire sur la finition, notamment dans la dernière passe.

Le syndrome de la demi-finale

Depuis 2007, le sélectionneur Bruno Bini a apporté des progrès dans tous les domaines. La France est allée en quarts à l’Euro 2009 puis en demie à la Coupe du monde 2011. Bruno a formé des joueuses, il a sélectionné des filles qui n’avaient pas eu leur chance. Il a apporté de la rigueur défensive et offensive. Maintenant, il y a un syndrome de la demi-finale à vaincre. Il ne faut pas attendre pour se mettre à jouer. On a vu quelques gestes d’agacement sur le terrain.

Camille (Abily) peut être la patronne sur le terrain. Elle est pour moi la personne qu’il faut. Elle peut avoir la possession de balle, donner de la vitesse, orchestrer le jeu. Je pense que cette équipe n’a pas atteint son apogée. Ce sera le cas quand elles sauront imprimer le même rythme pendant plusieurs matches d’affilée. Mais elle évoluera bien dans les années à venir, j’en suis certaine ».