Sebastian Coe et Boris Johnson
Sebastian Coe et Boris Johnson, le maire de Londres, devant Tower Bridge | AFP - BEN STANSALL

Londres peaufine les détails

Publié le , modifié le

Le décompte finale s'emballe, et les organisateurs des Jeux Olympiques de Londres sont confiants. En avance pour le gros oeuvre, l'heure est désormais aux détails, à moins d'un mois de l'ouverture de la quinzaine olympique.

Un mois avant  d'accueillir les JO, Londres peaufine la décoration -en suspendant  des anneaux olympiques géants sous le pont-levant de Tower Bridge- et  réaffirme sa volonté d'exclure les visiteurs coupables de violation des  droits de l'Homme. "A un mois de l'événement, nous sommes prêts et dans les clous", a assuré  Sebastian Coe, double médaillé d'or olympique sur 1.500 mètres et responsable  de l'organisation des Jeux de Londres. "Nous ne sommes pas dans le registre de l'auto-satisfaction, chaque journée  qui passe, chaque heure sont aussi vitales pour nous que pour les athlètes,  dans cette dernière ligne droite", a-t-il dit en inaugurant les gigantesques  anneaux décoratifs pesant plus de trois tonnes.

Le programme de la journée prévoyait par ailleurs l'inauguration officielle  du principal centre de presse, établi sur le site principal de Stratford, dans  l'est de la capitale. Au total, plus de 21.000 journalistes du monde entier ont  été accrédités. Plus de 10.000 athlètes sont également attendus, et "il y aura plus de pays  représentés aux JO de Londres (du 27 juillet au 12 août) qu'au sein de  l'organisation des Nations unies", s'est félicité Sebastian Coe.

La géopolitique s'invite

Le secrétaire d'Etat aux Sports en charge du dossier olympique, Hugh  Robertson, a pour sa part saisi l'occasion de cette nouvelle étape dans le  compte-à-rebours pour réaffirmer que le Royaume-Uni "n'accordera pas de visa  d'entrée aux ressortissants de pays associés à des dirigeants coupables d'abus  des droits de l'Homme", en Syrie particulièrement. La BBC qui l'interrogeait avait assuré vendredi dernier que Londres, en  accord avec le Comité International Olympique (CIO), avait refusé un visa au  président du Comité olympique syrien, le général Mowaffak Joumaa. Ce veto visait à sanctionner les liens du général avec le régime de Bachar  al-Assad, qui se livre depuis quinze mois à une répression sanglante d'une  révolte populaire, selon cette même source. Poursuivant dans le registre diplomatique, M. Robertson a minimisé le  risque de frictions avec l'Argentine. Le Royaume-Uni et l'Argentine se sont  livrés à une guerre des mots à l'occasion du 30 anniversaire de leur conflit  armé pour la souveraineté de l'archipel des Malouines, en Atlantique sud. "Le comité olympique argentin a donné des assurances au Comité  International Olympique (CIO)". "En fait, il existe une différence entre les  dirigeants politiques argentins qui semblent un peu obsédés par ça (les  Malouines) et le monde du sport en Argentine", a assuré le secrétaire d'état.

Le gros oeuvre sur les olympiques dans l'est de Londres a été achevé au  printemps, en avance sur le calendrier. Dans le cadre des derniers préparatifs dans le domaine de la sécurité, près  de 400 policiers participaient cette semaine à une opération contre les gangs  dans les quartiers déshérités alentours, a révélé Scotland Yard. Les organisateurs ont de leur côté indiqué avoir vendu à ce jour 80% des  billets, soit 7 millions. La reine Elizabeth II proclamera les Jeux ouverts dans le cadre d'une  cérémonie en présence de milliers de figurants. Les stars du premier tableau bucolique de la cérémonie conçue par Danny  Boyle, le réalisateur de "Slumdog Millionaire" seront 3 vaches, 70 moutons et  une basse-cour complète.

AFP