Logo Paris 2024 Arc de Triomphe nuit
Le logo de la candidature parisienne aux JO-2024 s'affiche sur l'Arc de Triomphe | LIONEL BONAVENTURE / AFP

L'Etat versera bien un milliard d'euros à la candidature de Paris 2024

Publié le , modifié le

La décision avait été validée mercredi, en Conseil des ministres. Manuel Valls l'a confirmée vendredi : l'Etat contribuera à hauteur d'un milliard d'euros au budget des Jeux Olympiques 2024 en cas de victoire de la candidature de Paris. L'Etat apportera "les deux tiers des fonds publics nécessaires, soit un milliard d'euros, pour financer les équipements nécessaires", a indiqué le Premier ministre, lors d'une conférence de presse au Bourget, précisant que cet apport se ferait "entre 2018 et 2024".

Invité à s'exprimer quelques heures seulement après le dépôt à Lausanne, au siège du Comité international olympique (CIO), du deuxième volet du dossier de candidature dédié à la gouvernance, au financement et aux aspects juridiques du dossier, Manuel Valls a promis que l'Etat était "pleinement mobilisé". "La COP 21, l'Euro-2016 ont été des événements réussis et salués dans le monde entier, a-t-il poursuivi. Le pays sait et saura à nouveau donner le meilleur de lui-même et se dépasser."

"Paris s'engage dans la compétition avec une garantie crédible et solide, avec toutes les collectivités publiques derrière elle", a repris le Premier ministre, évoquant les promesses de contribution de la Ville de Paris, de la Région île-de-France, du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et de neuf autres collectivités qui engageront 500 millions d'euros en cas de succès du projet parisien, opposé lors d'un vote du CIO à Los Angeles et Budapest, le 13 septembre 2017 à Lima.

M. Valls a par ailleurs rappelé que la Seine-Saint-Denis serait le premier bénéficiaire des jeux Olympiques, notamment grâce à la construction du Village olympique qui sera transformé en 5.000 logements sur l'île Saint-Denis. "Nous voulons accueillir les Jeux pour que des territoires entiers bénéficient de cette formidable force d'entraînement, ce département est l'un des plus pauvres et l'un des plus jeunes de France. Il regorge de vitalité et de potentiel. Nous devons lui donner tous les moyens de se développer", a-t-il insisté devant Stéphane Troussel, président du Département, et Valérie Pécresse, patronne de la Région.

AFP