Michael Llodra, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet, Julien Benneteau
Michael Llodra, Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet et Julien Benneteau, les quatre médaillés français en double | DR

Les tennismen français heureux comme des gosses

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga et Michael Llodra, médaillés d’argent, et le duo bronzé Richard Gasquet-Julien Benneteau, ont affiché leur bonheur serein du travail bien fait ce soir au Club France. Sourires, bonne humeur, ils étaient prêts à fêter leur semaine olympique, en compagnie des nageurs.

Battus en demi-finales par le tandem composé des frères Bryan, Richard Gasquet et Julien Benneteau ont insisté sur l’importance d’un podium olympique. "Quand j’ai vu le retour de Ferrer sortir, j’ai ressenti une grosse émotion", a confié le Biterrois, sourire aux lèvres. "C’est génial", a de son côté lâché son binôme, remplaçant idéal de Gaël Monfils, blessé.

Un truc de dingue

"Hier on était déçus d’avoir perdu mais c’était contre une équipe incroyable. On ne voulait surtout pas terminer quatrièmes. Le podium, c’est un truc de dingue. On avait des frissons partout. Sur la boîte, Richard se retourne vers moi et me lance : "tu es comment Bennet" ? On joue pour avoir ça, pour vibrer". "En plus, c’est fabuleux de pouvoir partager ça avec Micka et Jo. Ce sont des moments rares et forts. Une médaille olympique, il n’y a pas grand-chose de mieux. Il n’y a qu’à voir la joie de Federer contre Del Potro", a souligné le Parisien qui avait le coude dans une attelle il y a trois mois.

Les tennismen lancent le show

Les finalistes se réjouissaient également de cette belle aventure. "C'est magique", affirmait Michaël Llodra. "J'en rêvais depuis que j'étais jeune", répondait en écho Jo-Wilfried Tsonga. "C'est beaucoup de partage, et ça vaut tout l'or du monde." Après sa campagne en simple couplée à celle du double, le Manceau ne s'est pas économisé: "Après le quart de finale en double, je me suis dit, si je ne vais pas chercher une médaille, je serai très triste. Je suis super fier d'avoir vécu ça avec Mika." Après avoir échoué à quelques centimètres de la médaille à Pékin, Michaël Llodra savourait: "On aurait signé pour ces deux médailles en double. Voir les deux drapeaux français, alors que ça n'était jamais arrivé en double aux Jeux, cela montre à quel point les Jeux nous tenaient à coeur."

"Pas des bras cassés"

La nuit promettait d’être très longue pour les quatre compères qui se préparaient à un autre match, face aux nageurs de l’équipe de France cette fois. "Ils ont promis de nous coucher", craignait Richard cœur de Lion. "C’est sûr qu’il y a des clients chez eux pour faire la fête. Et ils ont des plus gros gabarits que nous". Mais Michael Llodra ne se laissait pas impressionner: "On n'est pas des bras cassés. On est prêt à relever le défi."