Florent Manaudou, Christian Donzé, Camille Muffat, Yannick Agnel
Christian Donzé, le Directeur technique national, au milieu de ses trois champions olympiques Florent Manaudou, Camille Muffat, Yannick Agnel | DR

Les nageurs s'ouvrent au monde

Publié le , modifié le

La dernière soirée de la natation olympique pas encore terminée, les trois champions olympiques français, Camille Muffat, Yannick Agnel et Florent Manaudou, sont venus fêter leurs médailles au Club France. L'occasion de revenir sur cette semaine exceptionnelle.

La génération dorée de la natation française

"C'est l'une des premières fois qu'on sort du village olympique". Camille Muffat comme ses coéquipiers de la natation française, ont joué aux ermites durant toute la semaine. Enchaînant les courses, devant rester concentrés, ils ont limité les contacts avec le "monde extérieur". Pour elle comme pour Florent Manaudou, sacré hier soir, ou Yannick Agnel, le moment n'est pas encore réel. "Je n'ai pas encore réalisé. Je n'ai pas envie de passer à autre chose", sourit la Niçoise. "Je réaliserai quand je rentrerai en France", affirmait Florent Manaudou, qui revenait sur son exploit qui ne date même pas de 24h.

"J'avais super bien dormi au contraire des Mondiaux l'an dernier. J'étais très calme dans la chambre d'appel. Et puis, ils avaient plus à perdre que moi", soulignait-il, avant d'affirmer que "je n'aurais pas nagé aussi vite si je n'y avais pas cru moi-même". Le souvenir de Dunkerque, et de cette qualification "au centième" lui revenait en mémoire: "J'ai toujours un peu de réussite avec les centièmes depuis 2-3 ans", dit-il. Et l'émotion de cette victoire a été décuplée par la présence de sa soeur, Laure: "Ca a été très très fort. C'était assez agréable de la voir pleurer de joie."

Du côté de Camille Muffat, c'était le sentiment du devoir accompli qui prédominait: "Maintenant que j'ai réussi ce pour quoi j'étais là, je vais pouvoir décompresser, et profiter pleinement des autres compétitions. J'aimerais profiter de tout." Avec l'or, l'argent, le bronze, elle avoue qu'il est "dur d'être déçue", mais elle laisse poindre un léger regret: "J'espérais peut-être même plus. Mais je voulais d''abord être champion olympique. C'est normal d'en vouloir toujours un peu plus. Je n'imaginais pas qu'être championne olympique prendrait autant d'énergie. Je suis quand même rentrée 5h après la course, sans aucune envie de dormir." Mais pour elle, la conclusion est claire: "Mes Jeux sont réussis." Et pendant une semaine, elle va devenir supportrice.