Les médaillés de Londres à l'Elysée
François Hollande et Valérie Fourneyron au milieu des médaillés olympiques et paralympiques de Londres | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Les médaillés de Londres honorés à l'Elysée

Publié le , modifié le

Plus d'un mois après la fin des Jeux Olympiques et une semaine après la fin des Paralympiques, les médaillés français étaient conviés par le Chef de l'Etat au Palais de l'Elysée. Teddy Riner, Yannick Agnel, Camile Muffat, les basketteuses, les handballeurs et les autres ont écouté le discours de François Hollande, avant de poser avec lui pour les photos. "Vous avez du panache et vous avez en même temps réalisé votre rêve", a déclaré le Président de la République.

"Ce que vous avez fait, vous l'avez fait pour vous-même, vous l'avez fait pour votre pays, vous l'avez fait aussi pour des valeurs qui vont bien au-delà du seul exploit". Sous les ors de la République, au Palais de l'Elysée, François Hollande a rendu hommage aux médailles de Londres. Les 115 athlètes revenus avec une breloque de Londres, que ce soit à l'issue des Jeux Olympiques ou des Jeux Paralympiques, étaient conviés à 12h pour recevoir les félicitations du chef de l'Etat.

"Vous avez du panache et vous avez en même temps réalisé votre rêve", a-t-il lancé, louant leur "esprit de travail, de discipline et de solidarité", a lancé François Hollande qui a parlé de des exploits réalisés comme d'une "fierté pour le président de la République, pour le gouvernement et pour la nation toute entière", ajoutant avoir "une pensée pour les non médaillés qui ne sont pas là aujourd'hui et ont donné le meilleur d'eux-même". Pour tous, il a estime que "votre force, c'est d'avoir donné envie aux autres, c'est un beau  message" adressé aux jeunes qui rêvent de "faire comme vous".

De cette période londonienne, le président de la république a également tenu à "en tirer les leçons" pour la France afin que, "si, un jour, nous avons à présenter un dossier pour l'organisation de jeux Olympiques et paralympiques, nous soyons capables de gagner cette compétition".

Les paralympiques en même temps que les valides

"Que le chef de l'Etat prenne sur son temps pour recevoir les médaillés olympiques, ça fait plaisir, ça nous honore, même si nous nous sommes battus aussi pour la France et pour le drapeau", déclarait le champion olympique de judo Teddy Riner, la main calée au fond de la poche de son costume noir où il conservait la médaille qui ne le quitte plus depuis le 3 août. Très décontracté, le quintuple champion du monde des lourds contrastait avec des sportifs moins habitués aux fastes et aux honneurs comme le jeune Yannick Agnel, 20 ans, double champion olympique de natation (200 m et 4x100 m libre), ou son coéquipier Florent Manaudou sacré sur 50 m libre, tout deux "très impressionnés".

Pour la première reçus en même temps que les valides, les paralympiques ne boudaient pas leur plaisir: "C'est un grand jour pour le handisport français, pour le sport tout court", estimait ainsi le cycliste Joël Jeannot, médaillé de bronze en Angleterre. "On ne pensait pas être reçus aussi rapidement et en même temps que les autres. Aujourd'hui, on est sportif tout simplement." Charles Rozoy, premier Français à avoir décroché l'or aux Paralympiques de Londres (sur 100 m papillon), se réjouissait lui du "boom médiatique" procuré par cette réception dans la foulée des Jeux. "C'est à nous maintenant de faire que cette médiatisation continue, d'expliquer aux jeunes que le handisport c'est du sport", déclarait-il.

Voir la video

Voir la video