Londres - barge anneaux olympique
Les entreprises londoniennes se préparent à accueillir les JO avec fébrilité | AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA

Les Jeux boostent l'emploi... à court terme

Publié le , modifié le

Les préparatifs des jeux Olympiques de Londres ont donné un coup de pouce au marché de l 'emploi , une bonne surprise pour une économie britannique en difficulté, même si l'effet risque bien d'être seulement temporaire. Le taux de chômage au Royaume-Uni a légèrement reculé à 8,1% de la population active en mai, selon des statistiques officielles publiées mercredi, meilleures que prévu.

Les économistes s'attendaient en effet à un taux stable par rapport aux  deux mois précédents, à 8,2%. Le chômage a ainsi connu une décrue régulière  depuis quelques mois après avoir atteint un pic de 8,4%. Le nombre de personnes à la recherche d'un emploi a diminué de 65.000 sur  les trois mois achevés fin mai, pour atteindre 2,58 millions, a précisé  l'Office des statistiques nationales (ONS). La baisse du chômage a été la plus forte à Londres, ce qui indique un effet  positif de la préparation des JO, qui débutent le 27 juillet.

"Le début imminent des jeux Olympiques fournit actuellement un soutien à  l 'emploi ", confirme Howard Archer, économiste du cabinet IHS Global Insight. Leur organisation, avec un budget d'environ 9 milliards de livres, et la  remise à niveau des transports londoniens, s'est traduite par l'injection de  sommes importantes dans l'économie britannique. Le plus grand événement sportif du monde a en effet été épargné par le plan  d'austérité implacable mis en place par ailleurs par le gouvernement du Premier  ministre conservateur David Cameron. Son organisation a aussi permis l'embauche temporaire de salariés chargés  de l'accueil, la restauration ou encore la sécurité. Le groupe G4S devait ainsi  fournir plus de 10.000 vigiles pour l'occasion, même s'il s'en est finalement  avéré en partie incapable, obligeant à recourir à l'armée.

"L'effet olympique, un mirage"

Le gouvernement s'est aussitôt félicité des chiffres de l 'emploi  mercredi,  sans toutefois pavoiser. "Ce sont des chiffres encourageants dans un contexte  économique qui reste incroyablement difficile", a sobrement commenté le  ministre de l 'Emploi , Chris Grayling. C'est que le Royaume-Uni reste dans une situation économique difficile. Le  pays a replongé dans la récession, dont il est loin d'être acquis qu'il puisse  sortir au deuxième trimestre, et est toujours engagé dans un plan d'austérité  qui se traduit par la disparition d'emplois publics. David Cameron table sur plus de 13 milliards de livres (16 milliards  d'euros) de retombées des JO sur les quatre prochaines années à l'économie  britannique. "C'est la meilleure opportunité de promotion de la Grande-Bretagne depuis  l'exposition universelle de 1851", a assuré mercredi Alan Collins, de l'agence  UK Trade & Investment, chargée d'encourager les investissements dans le pays et  les exportations. Il espère que cela permettra d'attirer 6 milliards de livres  d'investissements étrangers d'ici 2016.

Mais les économistes sont partagés sur l'effet réel sur l'économie et donc  potentiellement l 'emploi . La banque américain Goldman Sachs estime que les Jeux  apporteront 0,3 à 0,4 point de croissance supplémentaire au troisième trimestre  mais que "cet effet bénéfique à court terme sera largement inversé au quatrième  trimestre". "A court terme, les JO devraient continuer à donner un coup de pouce.  Cependant, les perspectives d'emploi semblent plus problématiques pour la  suite", ajoute Howard Archer, qui prévoit une montée du chômage à 8,8% à la  mi-2013. Les syndicats ont aussi demandé au gouvernement d'éviter tout triomphalisme  après la bonne surprise des chiffres de mai.  "L'effet olympique peut donner l'impression d'une reprise mais c'est un  mirage", a mis en garde Dave Prentis, le secrétaire général d'Unison, la plus  grosse organisation du secteur public, en soulignant la persistance du chômage  de long terme, ainsi que pour les femmes et les plus jeunes.

AFP