Handball France Japon Joie
La joie des handballeuses tricolores | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Les handballeuses tricolores seront à Rio en août prochain

Publié le , modifié le

Les handballeuses françaises se sont qualifiées pour les jeux Olympiques en battant le Japon 25 à 17 dimanche à Metz lors de leur dernier match du tournoi de qualification. La France participera pour la cinquième fois d'affilée aux Jeux, au mois d'août à Rio.

Le sélectionneur Olivier Krumbholz, rappelé après l'échec au Mondial, a rempli la première partie de son contrat. De façon prévisible, vu l'enjeu, les Françaises ont commencé le match un peu tendues. Après la défaite dès le premier match contre les Néerlandaises vendredi (24-17), elles n'avaient plus le droit à l'erreur. Elles n'abordaient pas ce rendez-vous crucial dans les meilleures conditions, car l'entorse d'Alexandra Lacrabère, qui n'a pas participé au tournoi, et la mauvaise chute de Camille Ayglon la veille face à la Tunisie, faisaient craindre une pénurie de gauchères. La Nîmoise a tenu sa place et a été relayée en attaque par Estelle Nzé Minko, très convaincante (4 buts) dans un rôle difficile puisqu'elle est droitière.

Pineau emmène les Bleues dans son sillage

La victoire doit beaucoup à Allison Pineau, meilleure buteuse (7). En bon leader, c'est elle qui a permis à l'équipe de ne pas se laisser gagner par le doute en début de match, marquant les quatre premiers buts français. "J'ai pris mes responsabilités. Il y avait un élan pour aller chercher ce billet", a expliqué la demi-centre. Presque toujours en tête grâce à leur agressivité défensive, mais tenues au score jusqu'au début de la seconde mi-temps (13-11), les Bleues se sont définitivement envolées en fin de match en faisant parler leurs qualités physiques.

"Ce match à quitte ou double n'était pas facile à gérer, mais nous l'avons très bien fait, surtout nos joueuses d'expérience. C'était plus facile grâce à notre défense de fer", a commenté Krumbholz, le Messin, saluant la performance de Gnonsiane Niombla (5 buts). Les Bleues ne se cachent pas de viser le podium à Rio, l'objectif suprême de Krumbholz qui s'y est cassé les dents quatre fois de suite de 2000 à 2012. "On n'y va pas pour danser la samba!", a plaisanté Béatrice Edwige, soulagée comme toutes ses coéquipières qu'"on attendait au tournant". La nette défaite face aux Pays-Bas, vice-champions du monde, a toutefois montré qu'il restait du chemin à faire.

Roumanie, Monténégro, Suède et Russie à Rio

A noter également que la Roumanie, le Monténégro, la Suède et la Russie se sont qualifiées pour le tournoi olympique. A Aarhus, les Roumaines et les Monténégrines ont obtenu leur billet en battant les Danoises, qui jouaient pourtant devant leur public. Dans le même temps, à Astrakhan, les Russes et les Suédoises ont dominé la Pologne, sans oublier la qualification des Pays-Bas qui ont terminé devant les Françaises à Metz.
 

Les autres réactions :

Gnionsiane Niombla (joueuse française): "Nous sommes soulagées car nous avions peur de passer à côté de ce match. On avait peur de déjouer, de rater nos pénaltys. Ça nous a un peu crispé. Nous avons montré beaucoup d'agressivité en défense. En fin de match, nous étions au-dessus physiquement. L'objectif à Rio, c'est la médaille."

Siraba Dembélé (capitaine française): "On est resté mobilisées pendant deux semaines. La défaite contre les Pays-Bas nous avait mis un petit coup, mais on a su relever la tête contre une équipe atypique. On leur a mis la pression, on ne les a pas laissé développer leur jeu, on les a épuisées."

Allison Pineau (joueuse française): "J'ai senti beaucoup de concentration et de discipline. Le message est passé. Il y avait un élan pour aller chercher cette qualification. Nous avons montré une grande solidarité en défense. Aller à Rio n'est pas une fin en soi. Nous allons travailler dur pour décrocher une médaille".

francetv sport @francetvsport