Les Françaises se préparent bien

Les Françaises se préparent bien

Publié le , modifié le

L'équipe de France féminine de basket a parfaitement débuté sa préparation aux JO de Rio, en dominant facilement le Brésil (82-59) dimanche à Anglet. Face à des Brésiliennes qu'elles retrouveront dans un mois en poule dans le tournoi olympique, les Bleues se sont montrées appliquées et sérieuses sans jamais faire preuve de relâchement. Un bon point avant leur prochain rendez-vous.

Deux semaines après le tournoi de qualification olympique au cours duquel elles avaient glané l'un des cinq billets en jeu pour le Brésil, les filles de Valérie Garnier semblent être entrées dans le vif du sujet. Ce match, le seul en France de leur préparation, ponctuait une semaine de stage au Pays Basque. Il a permis au staff tricolore de peaufiner ses rotations, en innovant parfois avec quatre intérieures en même temps sur le parquet, et d'emmagasiner de la confiance à un mois du tournoi olympique.

Les Bleues bien en place 

Face à un adversaire qui leur réussit  bien depuis une quinzaine d'années, les Françaises, passé le traditionnel round d'observation (11-12, 6e), ont accéléré dans le sillage de Valériane Ayayi (11 points dans le 1er quart-temps), et avec l'apport de la prometteuse Marianne Johannes et une grosse défense de Helena Ciak, ont creusé l'écart (23-14, 10e). Cela se poursuivait dans le quart suivant avec cette fois Endi Miyem en scoreuse attitré (18 points au total) pour un 28-8 qui assommait littéralement les joueuses 'Auriverde' dont seules la capitaine Iziane Castro et la pivot Nadia Colhado ont surnagé.
La jeune garde, à l'image de Johannes (11 pts, 3 passes décisives, 3 rebonds en 17 minutes) a su prendre le relais des cadres historiques, un peu à la peine au niveau de la marque.
Seul petit bémol, la fin de match un peu bancale des Bleues qui a vu les Brésiliennes réduire l'écart de 36 points à 23 à la sirène. Mais de quoi inquiéter les coéquipières de Céline Dumerc qui vont enchaîner un deuxième stage dans quelques jours à Bordeaux, ponctué par deux derniers matches contre la Turquie en Slovénie, 

Christian Grégoire