Les Français "perplexes" devant les performances des pistards britanniques

Publié le , modifié le

La responsable du cyclisme français, Isabelle Gautheron, s'est déclarée "perplexe", vendredi, devant les performances des Britanniques, en passe d'écraser les JO de Londres, comme à Pékin quatre ans plus tôt.

Les Britanniques ont gagné trois des quatre premiers titres attribués sur  la piste et ont battu six records du monde (sur huit qui ont été améliorés),  lors des deux premières journées de compétitions sur piste aux JO de Londres alors qu'ils étaient en retrait ces dernières saisons. "Oui, je suis perplexe devant ces performances", a-t-elle déclaré .  "Ils n'ont pas dominé depuis quatre ans, ils faisaient partie des meilleures  équipes avec l'Australie, l'Allemagne et la France. Là, ils écrasent tout le  monde. Les filles mettent quatre secondes aux autres (en poursuite)".  "C'est bien pour eux", a-t-elle ajouté sans vouloir parler de soupçons:  "Non, il ne faut pas jeter un doute quand il y a des performances".

"Secret de préparation?"

Isabelle Gautheron s'est interrogée sur le fossé qui sépare les  Britanniques des autres pays du cyclisme: "ont-ils une technologie? Un secret  de préparation? Il faut qu'on fasse de l'intelligence sportive pour savoir  comment ils peuvent faire pour être si forts". La responsable, qui n'était pas à ce poste au moment des JO de Pékin,  archi-dominés par les pistards britanniques (sept titres sur dix), a évoqué  aussi l'olympiade passée: "peut-être faut-il se cacher pendant trois ans pour  être aussi bon la 4e année".

Elle a toutefois refusé d'entrer sur le terrain du dopage, le mot qui  surgit dans le cyclisme en cas de performance très élevée. A la question de la surveillance des sportifs, elle a répondu: "le suivi  UCI (Union cycliste internationale) s'applique aux Britanniques, comme aux  Australiens ou aux Français. Ils sont suivis autant que nous". "On est arrivé à leur niveau d'il y a quatre ans mais ils ont encore  progressé", a-t-elle constaté, évoquant une "maîtrise, peut-être, de méthodes  d'entraînement".  "On l'a vu sur le Tour de France avec l'équipe Sky, ils sont performants  tout le temps", a conclu Isabelle Gautheron.
    .

AFP