Antoinette Nana Djimou
La Française Antoinette Nana Djimou | ADRIAN DENNIS / AFP

Les Dieux du Stade entrent en piste

Publié le , modifié le

Une semaine après l'ouverture des Jeux Olympiques, le Stadium Olympique vibrera de nouveau. Les épreuves d'athlétisme débute fort avec les deux premières médailles: le poids messieurs et le 10.000 m féminin avec le duel entre la double championne du monde kenyane Vivian Jepkemoi Cheruiyot et l'Ethiopienne Tirunesh Dibaba, double championne olympique en titre (5000 et 10.000 m).

Si le point d'orgue des épreuves d'athlétisme sera le 100 m homme le duel Blake-Bolt, le Stade Olympique sera le théâtre de performance haut niveau. L'Heptathlon commence dès demain avec la championne d'Europe en titre la Française Antoinette Nana Djimou, qui sera inspirée par sa soeur Audrey Tcheuméo, médaille de bronze au judo. Autre grand espoir de médaille, Mahiédine Mekhissi-Benabbad, vice-champion olympique à Pékin,  fait son entrée sur 3000 m steeple. Les premières série du 100 m chez les femmes donneront le ton avant l'entrée des hommes. Bref, tous les athlètes voudront mettre à l'épreuve la devise olympique: "plus vite, plus haut, plus fort" 

"Plus de deux médailles"

En particulier les Français. Les Bleus s'inspireront de la réussite des nageurs français pour se dépasser. Le directeur technique national (DTN) de l'athlétisme français, Ghani Yalouz, rêve de voir l'équipe de France ramener plus de deux médailles, plus qu'à Pékin. "Le but, c'est plus de deux médailles parce que les médailles, c'est tout ce qu'on retient. Mais tout est possible entre zéro et cinq. Inch' Allah", a-t-il déclaré mercredi lors d'un point presse au village olympique. Aux championnats du monde de Daegu, l'an dernier, ce total s'était porté à 4, et si Ghani Yalouz entend bien perpétuer "l'esprit de Daegu", il ne croit pas aux miracles. 

Manquent en effet à l'appel quelques-uns des fers de lance des Bleus : "Bien sûr on pense à Teddy Tamgho, à Bob Tahri, à Mehdi Baala, à Christelle Daunay", a rappelé le DTN. "Christophe Lemaître, sur 200 mètres, Mahiédine Mekhissi, au 3.000 m steeple, et Renaud Lavillenie sur la perche, sont des valeurs sûres", même si Ghani Yalouz ne veut distinguer personne. La France possède des talents bruts. A eux de répondre présents. 

Mathieu Baratas