Tony Parker Bleus EDF 072012
Parker à terre, l'image est trompeuse | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Les Bleus reprennent des couleurs

Publié le , modifié le

Après sa déroute face aux États-Unis, l'équipe de France masculine de basket s'est relancée dans le tournoi olympique en s'imposant (71-64) mardi devant l'Argentine. Même si Parker et ses coéquipiers ont dû s'employer pour s'imposer, ils ont obtenu grâce à une belle assise défensive, un succès conséquent et significatif face à des Argentins, champions olympiques en 2004 et médaillés de bronze à Pékin. Ils devront confirmer face à la Lituanie.

Les Français avaient à coeur de rebondir après leur désillusion américaine. Ils s'y sont appliqués avec beaucoup de détermination, même s'ils ont encore laissé encore beaucoup de points en route sur les tirs à mi-distance. Malgré tout, avec un excellent Batum et un Parker (17 pts) encore une fois décidés à mettre un coup d'accélérateur lorsque son équipe retombait dans ses travers, les Bleus ont plutôt bien géré la partie, en contrôlant la situation, malgré du côté Argentin un brillantissime Manu Ginobili (26 pts).

Le résultat et le contenu ont d'ores et déjà apporté des réponses rassurantes au sélectionneur Vincent Collet qui avait été déçu et troublé par la pauvre prestation de ses joueurs contre les USA.Cela vaut notamment pour Nicolas Batum qui, remonté après son petit match dimanche, a retrouvé une bonne partie de ses jambes et de son instinct de tueur. L'ailier de Portland a commencé comme d'habitude avec un dunk et a enchaîné sur huit points en neuf minutes, dont deux tirs à trois points, pour permettre aux Bleus de prendre tout de suite le bon wagon. Après avoir atteint la pause avec 10 points et 6 rebonds, il a terminé avec 14 points après avoir vu son temps de jeu limité par les fautes. Mais c'est lui qui a mis un shoot à trois point phénoménal en début du quatrième quart-temps pour montrer aux siens le chemin de la victoire.

Retrouver l'ailier de Portland dans ces dispositions est une bonne nouvelle pour la suite du tournoi, lui qui a raté pratiquement toute la préparation et fait état d'un dos douloureux après son match raté en ouverture. Il a été relayé aux ailes par les deux autres snipers, Mickaël Gelabale (13 points) et Nando De Colo (11 points) qui ont également fait du bon boulot en profitant des espaces qui leur étaient interdits face aux Etats-Unis. Ces trois joueurs ont longtemps compensé la maladresse de Tony Parker, qui n'a toujours pas trouvé ses marques au tir. Mais la star des Bleus a montré qu'il était toujours aussi décisif en marquant six points d'affilée en fin de match pour creuser l'écart et emballer un match serré jusqu'au bout.

Les Français avec la manière

Au-delà, des individualités, le jeu des Bleus a séduit. Leur défense a limité les champions olympiques 2004, qui avaient passé 102 points au Lituaniens dimanche, à 38 points de moins, une vraie performance. Manu Ginobili, pour son premier match face à Parker, son coéquipier aux Spurs, a certes marqué 26 points mais les autres ont été muselés, y compris Luis Scola, empêtré dans une raquette française imperméable. Jouant des coudes, les Argentins ont ainsi couru derrière le score pendant toute la partie, passant seulement devant d'un point à deux reprises, avant de céder dans le "money-time", pris dans la toile défensive française.

Les Bleus ont rassuré et se sont rassurés. S'ils gardent ce cap, ils devraient même finir sans problème dans les trois premiers de leur groupe et éviter ainsi, si la logique est respectée dans l'autre poule, l'épouvantail espagnol en quarts. En attendant, ils ont apporté quelques certitudes plutôt encourageantes pour ce tournoi olympique.

La dernière minute du match

La réaction des Français

Christian Grégoire