Les Bleus font à nouveau peur

Les Bleus font à nouveau peur

Publié le , modifié le

L'Eurotournoi de Strasbourg était le premier rendez-vous amical pour les Bleus. Avec seulement trois matchs prévus avant les Jeux, les Experts étaient attendus et ils ont frappé fort. Prouvant au monde du handball que l'épisode serbe était bel et bien derrière eux.

On avait laissé les hommes de Claude Onesta à l'orée de leur premier match de préparation la semaine dernière. Les Bleus attaquaient l'Eurotournoi confiant. Force est de constater que leur week-end alsacien les conforte dans cette idée. Six semaines de stage et deux matchs amicaux ont suffi aux Français pour refaire peur au monde entier et se positionner parmi les favoris pour l'Or olympique.

Un collectif retrouvé

L'équipe de France a ses habitudes à l'Eurotournoi de Strasbourg. Pour la 19ème édition, il offrait un plateau relevé aux Bleus: Tunisie en entrée et Espagne en plat de résistance. De quoi s'étalonner face à deux rivaux olympiques. Pour leur premier match, les coéquipiers de Jérome Fernandez ont offert une partition pas totalement accomplie. Une victoire (31-24) certes. Mais il restait des détails à régler dans la mécanique française. C'est dimanche face à l'Espagne, à l'instar des basketteurs, que les derniers doutes ont été levé. Un succès éclatant (31-24) comme le détaille Claude Onesta: "Lorsque l'on impose des moments de souffrance à nos adversaires, lorsque l'ont sent le doute s'insinuer, alors notre jeu peut dérouler et se révéler excessivement efficace". Preuve que la confiance est revenue en même temps que le travail dans le camp français comme en témoigne le capitaine français, Jérome Fernandez: " J'ai retrouvé une équipe studieuse. Il y avait un manque de remise en question à chaque compétition".

Les cadres à leur meilleur niveau

A l'Euro, en janvier dernier, les cadres avaient failli. Nikola Karabatic n'était que l'ombre du meilleur joueur du monde qu'il a été. Jérome Fernandez, Bertand Gille ou Michael Guigou étaient au fond du trou. La préparation physique, entamée il y a six semaines, avaient pour but de remettre les organismes en marche. Le rythme du match face à l'Espagne a été impressionnant. Karabatic arrière gauche et Daniel Narcisse à la mène ont fait  merveille en multipliant les passes décisives et en inscrivant les buts. Ce duo sera l'atout offensif des Bleus.  Aux ailes, Guigou, remis de ses pépins physiques, et Luc Abalo sont plus complices que jamais et ont aussi des responsabilités dans la conduite du jeu, notamment lors des infériorités numériques.

A côté de la plaque lors de l'Euro Serbe, la défense tricolore a retrouvé sa solidité. "Notre 1-5 reste notre force" témoigne Fernandez. "Mais ce que nous avons réalisé avec la 0-6 nous donne aussi confiance pour la suite." Une palette de choix qui replace Didier Dinart au coeur du dispositif dans un rôle plus proche de la ligne. Une attaque huilée, une défense de fer, autant de signes positifs alors qu'il reste un match de préparation aux Français, face à la Hongrie dimanche. La victoire face à l'Espagne, en finale, en est une autre. En 2008, avant de décrocher la médaille d'or à Pékin, l'équipe de France avait battu l'Espagne en finale de...l'Eurotournoi.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot