Parker face à la défense belge
Parker face à la défense belge | FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Les Bleus dans le flou

Publié le , modifié le

L'équipe de France s'est donné une belle migraine en concédant face à la Belgique sa deuxième défaite consécutive en match amical de préparation aux JO à Gravelines (63-57). Après la gifle reçue mardi en Espagne (81-65), le champion d'Europe en titre, les Bleus ont souffert mille maux contre une équipe de Belgique qui ne fait pas partie du gotha européen mais les a contrés dans le domaine athlétique.

Ce match a démontré que le jeu tricolore restait en plein chantier, à deux  semaines à peine du début des Jeux. Ce revers serait même presque inquiétant si  les Français n'avaient bien des circonstances atténuantes à présenter. Privés de Nicolas Batum, dans l'attente de sa signature d'un nouveau  contrat NBA, et d'Ali Traoré, en rééducation, et avec un Tony Parker en pleine  reprise, ils ont aussi dû se passer face aux Belges de Boris Diaw. Le capitaine de l'équipe de France ayant signé cette semaine un nouveau  contrat de deux ans avec les San Antonio Spurs, il a dû contracter une police  d'assurance différente de celle qui lui avait permis de jouer les premiers  matches de préparation. Mais ce problème administratif n'avait pas été réglé jeudi. Et il pourrait  se poser également très vite avec Nando De Colo, qui a aussi signé pour deux  ans avec les Spurs.
   
Largesses au rebond

Pour ajouter à la confusion, Charles Kahudi avait quitté l'équipe dans la  matinée, l'encadrement tricolore lui ayant finalement préféré Yakhouba Diawara  pour aller à Londres. Le Manceau était dans la liste initiale pour les JO mais  Vincent Collet a jugé que les Bleus avaient besoin de l'impact offensif de  Diawara. Forcément perturbés par ces problèmes incessants, les Bleus ont cafouillé  leur basket. Avec un Parker en progrès mais limité à 20 minutes, un peu plus  cependant que prévu, ils ont laissé la Belgique se remettre en selle après un  début de match raté. Les Belges ont profité des largesses du secteur intérieur français, encore  fébrile défensivement, en particulier au rebond, pour mener au score pendant  l'essentiel de la première période. Les Tricolores ont eu beaucoup de mal à mettre leur jeu en place,  accumulant les pertes de balle et les tirs forcés. Ils n'ont dû qu'au bel  effort en attaque du pivot Kévin Séraphin de basculer en tête à la pause.

Mais les Belges n'ont pas abdiqué. Bien guidés par leur meneur Sam Van  Rossom, ils sont repartis de plus belle. Sentant le danger venir, les Français,  encore en souffrance offensivement, ont resserré les rangs en défense. Encore en retard de 8 points à cinq minutes de la fin, ils ont cru être  tirés d'affaire par l'adresse à trois points de De Colo. Mais cela n'a pas  suffi à faire pencher le match en leur faveur. En manque de rythme, Parker a raté les paniers décisifs dans les dernières  secondes et la Belgique a préservé son avance. La France joue contre le Belarus  vendredi à Liévin.

Déclarations :

Tony Parker : "La fatigue s'accumule. Mais il faut juste qu'on reste  solidaire et qu'on continue à travailler. Il y a beaucoup de choses qui nous  arrivent, donc ce n'est facile. Mais il faut qu'on reste costaud mentalement."
   
Nando de Colo : "Ca fait deux matches de  perdus. Il faut voir si on va arriver à relever la tête. C'est peut-être un mal  pour un bien, car on ne sait pas ce qui peut arriver au premier tour aux JO. Il  nous a manqué de l'agressivité. On s'est laissé surprendre par les Belges. On  est arrivé un peu la fleur au fusil. Ils nous ont imposé leur rythme. On a joué  un peut trop sur notre talent et pas assez avec notre physique. Défensivement  on a eu de bonnes séquences, mais individuellement, pas ensemble. En attaque,  on a réussi à faire bouger le ballon, mais on n'a pas pris les bons shoots. Il  nous a aussi manqué de la concentration au rebond. On défend bien pendant 20,  22 secondes, mais on laisse échapper les rebonds. On n'a plus Joakim (Noah). Il  faut que chacun fasse l'effort."

AFP