Nwal-Endéné Miyem
La Française Endy Miyem sous le panier | AFP - ADEM ALTAN

Les Bleues face à la dernière marche avant Londres

Publié le , modifié le

Après leur promenade contre le Mali (87-33), l'équipe de France féminine dispute, vendredi, le quart de finale du Tournoi de qualification olympique à Ankara contre la Corée du Sud. Une victoire serait synonyme de Jeux Olympiques de Londres. Yannick Souvré, consultante France Télévisions et ancienne capitaine des Bleus, dévoile quelques clés du match.

Une dernière victoire, une dernière marche, et la libération. Les basketteuses françaises sont à quarante minutes (au moins) d'obtenir leur billet pour disputer les Jeux Olympiques de Londres. Si elles y parviennent, ce sera la deuxième fois de l'Histoire que cette équipe se qualifie pour le tournoi olympique, après 2000. A Sydney, le parcours des Tricolores s'était arrêté en quarts de finale, face à la Corée du Sud (68-59). Et pour ce quart de finale du TQO, ce sont les Sud-Coréennes qui feront face aux Françaises. Yannick Souvré, ancienne capitaine de l'équipe de France et désormais consultante pour France Télévisions, est bien placée pour évoquer cet affrontement.

"En 2000, nous n'étions pas du tout prêtes à jouer ces Coréennes, avec leur jeu atypique, et leurs joueuses à la taille modeste. On n'avait pas l'habitude d'affronter ce genre d'équipe asiatique. On avait les moyens de gagner, mais on a perdu", se souvient-elle. "Mais aujourd'hui, cette génération est beaucoup plus prête. Elle les a déjà joué aux Mondiaux", pour deux victoires en 2002 et 2010. "L'équipe de France a de grandes ambitions. Et pour les assumer, elle n'aura pas d'autres choix que de gagner".

De la patience et des tirs extérieurs

Après la démonstration réalisée contre les modestes Maliennes mercredi lors de leur 2e victoire de groupe, l'équipe de France est en confiance. Et Pierre Vincent, le sélectionneur, a pu faire tourner son effectif, tout en gardant une main-mise dans le jeu intérieur. "C'est le point fort de l'équipe avec Sandrine Gruda, qui fait partie des meilleures d'Europe et même du monde, Emmeline Ndongue, une joueuse de devoirs, ou encore Isabelle Yacoubou, qui a un énorme potentiel", loue Yannick Souvré, qui prévient: "Les Coréennes ont l'habitude d'affronter des joueuses plus grandes. Il faudra donc prendre ses responsabilités à l'extérieur pour pouvoir revenir à l'intérieur et imposer notre domination. Mais il faudra que les Françaises soient patientes."

Si la France domine la Corée du Sud et s'ouvre les portes des JO, deviendra-t-elle une prétendante au podium ? Yannick Souvré, le plus beau palmarès du basket féminin tricolore (3 Euroligues et un titre de championne d'Europe) en 243 sélections, relativise: "Ce serait leur mettre beaucoup de pression que de dire cela. Ce serait un résultat exceptionnel qu'être sur le podium. Mais c'est vrai que si les Américaines devraient rester intouchables, et que les Australiennes devraient être là, cela reste très ouvert après. De toute façon, si elles se qualifient, il faudra qu'elles y aillent pour ça, qu'elles visent le plus haut possible". Mais cela passe d'abord par Ankara, et ces redoutées Sud-Coréennes.