Dumerc Vincent
Le coach français Pierre Vincent et la meneuse Céline Dumerc sont tournés vers la finale | MARK RALSTON / AFP

Les Bleues au pied de la montagne américaine

Publié le , modifié le

L'équipe de France féminine de basket affronte les redoutables Américaines quasi-invincibles en finale des Jeux Olympique avec "15% de chances" de l'emporter selon la capitaine et meilleure joueuse du tournoi Céline Dumerc. Avec leurs armes, notamment la défense, les Françaises peuvent faire vaciller les individualités américaines en quête d'un cinquième titre d'affilée.

Depuis plusieurs olympiades, cinq exactement, le tournoi olympique se résume à savoir quelle sera l'équipe qui perdra en finale face aux intouchables Américaines. L'Australie s'y est essayé lors des trois dernières sans succès. Pire, depuis le début du siècle, la Dream Team au féminin n'a perdu qu'un match  en compétition officielle, face à la Russie en demi-finale du Mondial 2006. Ce faux-pas, célébré alors comme une sensation, a rendu l'équipe américaine  encore plus dangereuse à l'heure d'aller chercher une cinquième médaille d'or  de suite, ce qui serait un record.

L'attaque américaine contre la défense française

Dans l'édition olympique 2012, les Américaines ont survolé la  compétition, écrasant leurs sept adversaires par un écart moyen de 34,15  points, seule l'Australie ayant à peu près résisté en demi-finale (86-73). Difficile d'imaginer en effet les USA, après trois finales olympiques gagnées contre l'Australie, trébucher face à une équipe nettement moins athlétique et dont le banc risque de souffrir de la comparaison sur la durée. Mais les Américaines rencontrent un peu son antithèse. 

Les  Françaises sont aussi invaincues après un parcours sublime et rafraîchissant qui lui a valu de devenir la première équipe européenne dans une  finale olympique depuis 1992. Les Bleues ont des armes pour faire douter les Américains: une défense exceptionnelle,  un collectif très soudée, un banc de bonne qualité et surtout un leader décisif en la personne de Céline Dumerc. Mentalement, les  "braqueuses", surnom donné après leur victoire à l'arraché au championnat d'Europe en 2009, possèdent un grain de folie et ce zest de confiance que tout collectif rêve d'avoir. Les victoires face à la République Tchèque (71-68) en quart de finale et la Russie (81-64) en  demi-finale illustrent l'état d'esprit des Bleues. Bref, tout est possible.

Le portrait des "braqueuses"

Voir la video

Mathieu Baratas