Vincent Collet et ses joueurs
Vincent Collet face à ses troupes | DR

Les basketteurs bleus à pied d'oeuvre

Publié le , modifié le

Depuis lundi, les joueurs de l'équipe de France sont à l'INSEP, pour leur premier stage de préparation aux Jeux Olympiques. Ils sont loin d'être au complet, entre ceux qui jouent encore (Turiaf, Tchicamboud), ceux qui sont blessés (Noah) et ceux qui se reposent (Parker). Mais le décompte a déjà commencé.

"C'est notre berceau". Jean-Pierre De Vincenzi, directeur technique national, parle ainsi de l'INSEP, lieu du premier stage de l'équipe de France de basket. C'est à la demande des joueurs que, pour la deuxième année consécutive, les Bleus sont venus préparer leurs échéances internationales dans l'antre du sport français. C'est ici que la "bande à Parker" s'est connue, dans leurs jeunes années. C'est ici que la France a bâti sa médaille d'argent à l'Euro-2011, synonyme de qualification pour les JO de Londres. Et c'est ici que le staff tricolore a décidé de construire son été olympique.

Symboliquement, Michel Bonnevi, membre de l'équipe de France en argent aux JO de Londres en 1948, a remis son maillot de l'époque à Boris Diaw, le capitaine, tout juste arrivé de San Antonio. "L'équipe de France actuelle a bien plus d'arguments que nous à l'époque", a déclaré l'ancien joueur, rappelant qu'ils s'étaient inclinés en finale contre les Etats-Unis. "J'en déduis, dans une conclusion logique, que vous obtiendrez un résultat égal sinon meilleur", a-t-il conclu.

Profiter de l'engouement du public français

Pour atteindre la médaille, l'objectif avoué, l'équipe de France a concocté un programme important, qui a débuté lundi dans le bois de Vincennes, et s'achèvera par un dernier match amical le 23 juillet contre l'Australie, après être passé par des stages à Pau, Orléans et Strasbourg, et des matches contre l'Espagne, l'Italie, la Belgique, la Grande-Bretagne, la Biélorussie, la Côte-d'Ivoire ou encore le Brésil. "C'est une prépération énergisante qui répond à deux objectifs", expliquait le DTN. "Se déplacer peu pour éviter la fatigue, et répondre à l'engouement du public français." C'est pour cela que les Français ne sortiront pas de l'Hexagone, s'envolant à Londres le 25 juillet, pour le premier match contre les Etats-Unis le 29. "L'an dernier, la forme physique avait été importante dans nos résultats", précise Vincent Collet, le sélectionneur. "Cette année, on est contraint par le temps, mais on a voulu garder la même trame". Tous les joueurs ne sont pas là, puisque ce premier stage débute alors que la saison NBA ou en ProA n'est pas finie. "Il y a deux objectifs très forts: réathlétiser individuellement les joueurs et réaliser des tests médicaux", indique Pierre Beesley, le manageur de l'équipe.

C'est grâce à ces tests médicaux qu'il a été détecté un problème au genou pour Ali Traoré, contraint de suivre un protocole pour se rétablir et tenter de jouer les JO. "Ne m'enterrez pas trop vite", souriait le joueur de Moscou, qui a un trou de 8mm dans le cartilage et un déficit importante sur ce genou. Pour suppléer son absence, et celles de Ian Mahinmi, Kim Tillie a été appelé. C'est grâce à ces tests, et à des marqueurs de fatigue, que le staff saura si les joueurs sont en forme. "On s'est rapproché du rugby, qui avait utilisé ces marqueurs l'an dernier (pour la Coupe du monde, Ndlr)", précisait Vincent Collet. "Les joueurs sont relativement fatigués, ce qui est normal. On va donc tenir compte de leur état de fatigue, avec l'idée de régénérer les organismes." Avant le 3e stage à Orléans, un point sera fait: "On aura encore un peu de temps pour réagir. Car le but est d'arriver aux Jeux avec de la pêche et de la fraîcheur. Le premier objectif est d'être en quart. Le deuxième, être en accélération physique sur la deuxième semaine de compétition".

Confiance autour de Noah

Dans la matinée, l'entraînement était ouvert aux médias. L'occasion de voir le travail sur demi-terrain autour des écrans, de la libération et des petits enchaînements dynamiques. Sans Nicolas Batum, limité à un travail individuel en raison de sa situation de "free-agent" sans assurance qui l'empêche de participer aux oppositions, ni Ali Traoré, blessé, ni Florent Piétrus ou Nando De Colo, pris par les tests médicaux. Si le forfait de Beaubois (bloqué par Dallas), celui de Mahinmi ("il y a davantage de chances pour Ian", selon Collet) sont presque actés, la situation de Joakim Noah, blessé, est moins préoccupante. "Je suis résolument confiant", a déclaré l'entraîneur. "On a encore du temps pour qu'il se remette sur pied." Malgré les défections, il ne compte pas appeler d'autres joueurs: "On commencera le stage de Pau avec l'effectif actuel, sans Noah ni Turiaf." Et si Nicolas Batum et Boris Diaw sont tous deux "free-agent" en NBA, obligeant la Fédération française à prendre une assurance pour eux, le problème ne devrait pas perdurer.

Dans cette première semaine de préparation, "on commence à entrer doucement dans le basket", souligne Vincent Collet. Les vraies choses sérieuses commenceront mercredi prochain, à Pau, avec une équipe presqu'au complet. A un peu plus d'un mois du premier match tant attendu contre les Etats-Unis.

Le programme de préparation de l'équipe de France

Stage à l'INSEP jusqu'au 16 juin
Stage à Pau du 20 au 26 juin
Match amical à Pau contre l'lItalie le 27 juin
Match amical à Boulazac contre l'Italie le 28 juin
Match amical à Toulouse contre la Côte-d'Ivoire
Stage à Orélans du 4 au 8 juillet
Match amical à Orléans contre la Grande-Bretagne le 7 juillet
Match amical à Gravelines contre la Belgique le 12 juillet
Match amical à Liévin contre la Biélorussie le 13 juillet
Match amical à Paris-Bercy contre l'Espagne le 15 juillet
Stage à Strasbourg du 19 au 23 juillet
Match amical à Strasbourg contre le Brésil le 21 juillet
Match amical à Strasbourg contre l'Australie le 23 juillet