Julien Candelon
L'ailier Julien Candelon | AFP - OLLY GREENWOOD

L'équipe de France du VII à Hong-Kong pour se relancer avant Paris

Publié le , modifié le

Dixième à Las Vegas et Vancouver lors des deux dernières étapes du Circuit mondial de rugby à VII, l'équipe de France s'attaque au tournoi de Hong-Kong (8-10 avril). "C'est LE tournoi à VII", assure Julien Candelon, l'ancien ailier de l'USAP devenu ailier du Seven. Pour les Bleus, l'ambition est simple: renouer avec la victoire pour engranger de la confiance avant la première étape disputée en France, à Paris (13-15 mai).

Aucune victoire à Sydney, une dixième place à Las Vegas et Vancouver, l'équipe de France a mal vécu ces dernières semaines de compétition. A quatre mois des Jeux Olympiques, où le Seven fera ses grands débuts, et à un mois du premier tournoi mondial organisé en France (à Jean-Bouin), les Bleus sont en quête de revanche. ". Si on veut casser cette dynamique, il va falloir sortir des poules à un moment donné. Le plus vite sera le mieux", souligne Julien Candelon. "Il faut avoir une pensée à Paris. Plus tôt on va inverser cette mauvaise spirale, qui nous amène dans le 3e ou le 4e chapeau, plus vite on pourra se remettre dans le bon sens de marche pour réussir notre tournoi à Paris, qui est notre objectif."

Dans un mois, Jean-Bouin sera le théâtre de la 9e étape du circuit mondial. Une première en France. "On a envie que les gens se déplacent, on a envie d’être soutenus pour une fois par le public. On est souvent dans des pays anglo-saxons qui ont un amour du Français sans limite", rigole l'ancien Catalan. "C’est important pour nous de réussir Paris. Pour le réussir, il faut le préparer, et pour le préparer, il faut sortir des poules." Hong-Kong, "c'est la mecque du rugby à VII", enchaîne l'ailier, qui a atteint la centaine d'essais inscrits avec l'équipe de France. "Ce n’est pas là que tout a commencé, mais c’est LE tournoi à VII, qui parle à tout le monde, celui qui fait que les billets s’arrachent dès qu’ils sont en vente. Il y a des événements autour de l’événement qui sont monstrueux. Dans le stade, l’ambiance est assez extraordinaire. Autant, certains tournois baissent en fréquentation, là, c’est 100%. En tant que joueur, tu sais que si tu arrives en phases finales, il y a un beau truc à vivre."

Le retour de Vakatawa

Comme à Vancouver, les Bleus vont se frotter aux Néo-Zélandais (vainqueurs de la France 24-10 à Vancouver), mais aussi aux Samoa (tombeurs des Bleus à Sydney 29-14) et au Kenya. "La Nouvelle-Zélande, on sait ce que ça vaut, les Samoa et le Kénya, ce sont des équipes a priori abordables, mais elles sont toujours là où on ne les attend pas. Le Kenya est capable de faire une demie de Cup alors qu’on ne les voit pas progresser. Et les Samoa, ils sont capables de perdre en demies de Shield et la semaine d’après d’être en demie de Cup. Ce sont des équipes assez imprévisibles. Sur le papier, on a une opportunité de sortir des poules. Mais souvent on est piégé par un excès de confiance, je vais dire que ce sera très dur, et cela va piquer pour sortir de la poule."

Pour la première fois en 2016, le VII de France pourra compter sur son ailier surpuissant Virimi Vakatawa, appelé en février et mars au sein du XV de France et qui avait cruellement manqué à ses copains du Seven.

Liste des sélectionné​s

AICARDI Jérémy (FFR)
BARRY Steeve (FFR)
BONNEVAL Arthur (Stade Toulousain)
BOUHRAOUA Terry (FFR)
CANDELON Julien (FFR)
CLER Damien (FFR)
DALL’ IGNA Manoël (FFR)
LAKAFIA Pierre-Gilles (FFR)
LAUGEL Jonathan (FFR)
MAZOUE Jean-Baptiste (FFR)
PAREZ Stephen (FFR)
VAKATAWA Virimi (FFR)
VALLEAU Sacha (FFR)

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze