Christophe Lemaitre
Déception pour Christophe Lemaitre | AFP - ERIC FEFERBERG

Lemaitre: "Pas capable de le faire"

Publié le , modifié le

Dans l'un des sommets du programme d'athlétisme des Jeux Olympiques, Christophe Lemaitre n'a pu prendre que la 6e place d'une course une nouvelle fois remportée par Usain Bolt. Après avoir fait l'impasse sur le 100m, le sprinteur français expliquait qu'il "pourrait toujours regretter cette 3e place en demi-finale", qui l'avait contrainte à courir en finale dans le couloir 2.

La réaction de Christophe Lemaitre après la course

Vous pouvez mettre le sourire d'Allyson Felix lors du podium du 200m pour son premier titre olympique, le record du monde du 800m par David Rudisha quelques minutes avant, mais rien n'arrivait à égaler l'ambiance avant le 200m. A l'entrée des athlètes, le public faisait monter les décibels. On était alors encore dix minutes avant le départ de la course, et quelques secondes après qu'une ola ait fait lever tout le stade. Et pour la première fois dans la soirée, les flashs blanchissaient les tribunes, même à l'opposé des futurs acteurs. Après l'explosif 1'40"91 du Kenyan sur 800m, les spectateurs rêvaient certainement d'un nouveau record du monde, comme à Pékin en 2008, en forme de point d'orgue du duel annoncé entre Usain Bolt et Yohan Blake, les deux meilleurs sprinteurs du monde. Ce brouhaha général n'allait s'interrompre que quelques secondes, le temps d'un silence quasi religieux précédant le départ.

"Toujours regretter cette 3e place en demies"

Présent dans cette agitation mais un peu à l'écart en raison de son couloir N.2 qui le rejetait loin des meilleurs, Christophe Lemaitre simulait son départ en parcourant une cinquante de mètres, à cinq minutes de la course. Depuis trois jours, le Savoyard ne pestait pas contre son départ, mais contre son virage, cause de sa 3e place en demi-finale, et donc de cette position au départ. Etant passé au temps et pas à la place, il devait se résoudre à courir après des lièvres qui se révéleront trop rapides. "Je me suis dit que même au 2 je pouvais faire quelque chose", disait-il à l'issue de l'épreuve. "Je fais de mon mieux, mais ça a été trop difficile". De son propre aveu, il est "parti très bien", mais selon lui, c'est après que cela s'est gâté. Ce damné virage, où ses grandes foulées lui font perdre du temps et de la distance par rapport aux autres. "'Perso', je n'ai pas senti de mieux", assène-t-il. "Je pourrais toujours regretter cette 3e place en demi-finale."

Ne se défilant pas face aux responsabilités, il assumait: "C'était jouable, mais il fallait le faire et je n'en ai pas été capable. C'est tout. Il n'y a rien à dire, j'ai couru du mieux que j'ai pu, mais j'ai fini 6e. Ce n'est pas la finale que j'espérais pour moi." En 20"19, bien loin de son record personnel et record de France en 19"80 ou de son meilleur temps de la saison en 19"91, il ne pouvait que constater l'écart qui le sépare des 19"32 de Bolt ou des 19"44 de Blake. Mais les 19"84 de Warren Weir étaient largement dans ses cordes. Loin des flashes et du show d'Usain Bolt et de ses deux compatriotes, présents à ses côtés sur le podium, Christophe Lemaitre devait ravaler ses ambitions de médaille, digérer cette déception et ne pas perdre de temps. Car dès vendredi, il est engagé dans les séries du 4x100m avec le relais français: "C'est jouable. Mes JO ne sont pas encore finis. Il faut que je récupère. Il faut se remobiliser, passer à autre-chose, penser au relais."