Christophe Lemaitre
Christophe Lemaitre | YURI KADOBNOV / AFP

Lemaitre à l'heure du choix

Publié le , modifié le

100 m ou 200 m ? Ou encore les deux distances ? Christophe Lemaitre n'a que l'embarras du choix mais en l'occurrence il a surtout l'embarras à l'heure de choisir quelle course il devra privilégier aux JO sachant qu'il est officiellement inscrit sur les deux et qu'en outre il courra le relais 4x100 m. Pour l'heure, bien qu'aucune annonce officielle n'ait été faite, il devrait plutôt s'engager pour le 200.

"Forcément je vais faire le 200, oui. Normalement je fais l'impasse sur le 100 m. A moins d'un changement, où que Pierrot (Carraz son entraîneur) ait envie de me mettre dessus. Peut-être aux jeux prochains (de Rio-2016) si j'y suis", a d'ailleurs reconnu Lemaitre, de façon informelle.  Il faut dire qu'après avoir réussi la 3e meilleure performance mondiale de la saison (19.91) à Crystal Palace samedi, son horizon s'est dégagé. Même s'il sait que techniquement, le 200 m n'est sans doute pas la distance qu'il maîtrise le mieux. ""Ca se voit qu'il y a beaucoup de choses à travailler: la sortie de virage, tenir un 200 m dans les derniers mètres: ces deux semaines vont être importantes pour ça. Il y a de la marge", reconnaît-il lui même. Mais il y a aussi l'évidence de la hiérarchie mondiale. A l'heure actuelle sur 100 m, Lemaitre apparaît dominé par "le club des"cinq": les trois Jamaïcains Yohan Blake, Usain Bolt et Asafa Powell, et les deux Américains Tyson Gay et Justin Gatlin.

De fait, le choix de Christophe Lemaitre de faire probablement l'impasse sur le 100 m pour privilégier le 200 m apparaît comme une évidence au vu de sa position dans cette hiérarchie. Ce n'est qu'une question de temps, mais elle est primordiale. Entre la finale du 100 m de Londres, programmée le dimanche 5 août au soir, et les premiers tours du 200 m attendus le 7 vers midi, les athlètes qui auront choisi de doubler les épreuves n'auront eu qu'une seule journée pour récupérer.   A quoi bon dès lors entamer son patrimoine physique pour une très hypothétique médaille dans la discipline reine ?

L'évidence du 200

Sur 200 m par contre, Lemaitre semble disposer de plus d'atouts dans sa manche pour briller aux Jeux. "Bolt et Blake vont se battre pour l'or, entre eux, le bronze va se jouer entre nous quatre", reconnaissait-il après avoir pris un ascendant psychologique sur la piste de Crystal Palace. Les quatre ce sera - en plus de Lemaitre - le troisième Jamaïcain Warren Weir, l'américain Wallace Spearmon et le Néerlandais Churandy Martina, champion d'Europe, qui a terminé samedi à un centième du Français.

Pour l'instant, l'évidence fait choix. Mais rien ne dit cependant que ce sera effectivement celui du sprinteur et de son entraîneur le jour J. Beaucoup de choses peuvent se passer jusqu'au 1er août, date limite des inscriptions sur la distance reine qui l'atteire encore beaucoup. Powell souffre déjà physiquement, Bolt a renoncé à s'aligner sur le 200 m de Monaco, et l'an dernier, certains sprinteurs étaient tombés pour dopage dans la dernière ligne droite des Mondiaux de Daegu. Le sprinteur d'Aix-les-Bains y verra donc bientôt plus clair. Il peut aussi compter sur la météo souvent détestable de l'autre côté du Channel pour refroidir peut-être les ardeurs de ses adversaires. "J'ai l'habitude de m'entraîner dans des conditions comme ça à Aix-les-Bains. Depuis l'hiver, depuis le printemps, depuis un bon moment quoi ! Ça peut être un avantage parce que qu'on a vu que chez eux, les Américains et les Jamaïcains courent vite mais quand ils arrivent en Europe, ils ne vont pas aussi vite". Le Français veut se rassurer et croire en ses chances de médaille olympique. Ses résultats parlent pour lui. Reste maintenant à faire un choix. 

Christian Grégoire