Le voile de la discorde

Le voile de la discorde

Publié le , modifié le

Sponsor controversé des JO de Londres, la société "Dow Chemical" continue d'être pointée du doigt. Le géant mondial de la chimie, dont le nom est associé à la tragédie de Bhopal en 1984, est impliqué dans un projet visant à draper le Stade Olympique de Londres d'un rideau décoratif en plastique.

Vigoureusement dénoncé par l'Inde, qui menaçait de boycotter les JO, le contrat de sponsoring de 850 000 euros conclu avec "Dow Chemical" continue de faire couler beaucoup d'encre. Le fabricant de produits chimiques est en effet chargé de fournir l'enveloppe plastique qui entourera le Stade olympique de Londres pendants les jeux, réalimentant la polémique autour de ce partenariat controversé.

Il faut dire que le sujet est sensible. Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l'explosion d'une usine à Bhopal (Inde) provoque la mort de plusieurs milliers de personnes. A l'origine de cette catastrophe, l'entreprise Union Carbine, devenue 16 ans plus tard la filiale de Dow Chemical. Après des années de procès, la société a finalement payé 470 millions de dollars d’indemnités sans accepter la responsabilité de l’accident. En Inde, le souvenir de la tragédie est toujours vif et, tous les ans, la population commémore ce funeste anniversaire.

"Notre but est d'apporter des solutions pour contribuer à la bonne tenue des Jeux Olympiques", explique George Hamilton, vice président de Dow Olympic Operations. "Le rideau du Stade Olympique n'est qu'une seule des nombreuses contributions envers les Jeux de Londres".

L'industriel ne pourra pas faire figurer le mot "Dow" sur le rideau, étant donné que les règles fixées par les instances olympiques interdisent la publicité. Mais rien ne l'empêche d'utiliser ce rideau pour ses propres campagnes publicitaires.  

Victor Patenôtre

Grégory Jouin @GregoryJouin