Les épreuves de tir aux JO de Rio
Le pas de tir de Rio pour les Jeux Olympiques 2016 | AFP - PASCAL GUYOT

Le tir face aux clichés

Publié le , modifié le

A 32 ans, Eric Delaunauy fait partie de l’équipe de France de tir. Qualifié avec dix autres Français pour les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, il s’est prêté de bonne grâce à un questionnaire "cliché", autour d’un sport peu médiatisé, mais qui est au programme olympique depuis 1896 (exception faite des éditions 1904 et 1928). Aujourd'hui, au programme les hommes sur la fosse olympique et le tir à la carabine à 10m.

Le tir ce n’est pas du sport

"Le tir est un sport complètement. Pour moi, le sport n’est pas seulement physique. Il y a aussi l’aspect mental dans n’importe quelle performance sportive. On pratique un sport un peu plus psychologique que les autres. C’est aux Jeux Olympiques depuis 1896. C’est le deuxième sport avec l’athlétisme qui est au programme depuis le plus longtemps. Cela fait partie des grandes familles de l’olympisme."

Le tir c’est comme à la fête foraine

"Il ne faut pas confondre, cela n’a rien à voir. La fête foraine, c’est l’attrape-touriste. Dans les fêtes foraines, les carabines ne sont pas bien réglées. C’est juste pour gagner de l’argent."

Le tir c’est pour les chasseurs

"Il y a des chasseurs qui viennent au tir pour s’habituer un peu plus à leurs armes. On a des chasseurs qui sont tireurs, mais on n’a pas forcément des tireurs qui sont chasseurs. Le tir est une bonne école pour tout ce qui concerne l’aspect sécuritaire, dans le contrôle et le maniement de l’arme."

Le tir c’est violent

"Ce n’est absolument pas violent. En revanche, c’est très spectaculaire. Ce n’est pas parce qu’on a une arme dans les mains qu’on est violent. Sur des championnats du monde, il y a peut-être mille tireurs qui se promènent sur 1 ou 2 hectares avec le fusil sur l’épaule et les cartouches dans les poches, et il n’y a jamais un accident. On n’a jamais d’accident corporel. C’est d’ailleurs l’un des sports où l’assurance pour la licence est la plus faible en coût."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze