Le Vélodrome de Londres et son atmosphère incomparable
Le Vélodrome de Londres et son atmosphère incomparable | DR

Le TGV british fait chavirer le vélodrome

Publié le , modifié le

Magnifiés par leurs exceptionnels supporters, les Britanniques Philip Hindes, Chris Hoy et Jason Kenny ont établi deux records du monde consécutifs ce soir sur la piste magique du vélodrome.

N’ayons pas peur des mots ! Ce que nous avons vécu ce jeudi soir est exceptionnel. Tant au niveau des tribunes que de ce qui s’est passé sur la splendide piste en pin, le spectacle fût au rendez-vous. Pensez, trois records du monde ont été battus en moins de deux heures, et trois fois par des représentants du pays organisateurs.

Ce fût d’abord la poursuite masculine (Ed Clancy, Steven Burke, Peter Kennaugh, Geraint Thomas) qui a écrasé la concurrence et subjugué le public avec un temps de 3 minutes 52 secondes 99 centièmes sur 4 km.

Hoy dans la légende

Ce fût surtout le trio insatiable Hindes, Hoy, Kenny qui médusait l’équipe de France de vitesse (Grégory Baugé, Kevin Sireau, Mickaël D’Almeida) et qui éblouissait les (presque 6 000) fans anglais exultant dans les gradins (42.747 puis 42.600). A ce moment-là, on se serait cru à un match de foot après un but : une explosion de joie incroyable et indescriptible qui venait replacer la Grande-Bretagne au sommet après trois ans de domination tricolore.

La déception des Français

On aurait pu être triste mais rien que pour l’ambiance, ça aurait été dommage de manquer ce grand moment de cyclisme et de sport. Sans compter qu’avec désormais cinq médailles d’or glanées en deux éditions (2008 et 2012), la star écossaise Chris Hoy égale le mythique Steve Redgrave (cinq breloques en or entre 198 et 2000). Et il peut le dépasser avec le keirin.

L'ambiance du Vélodrome lors de la victoire des Britanniques sur la France