Le TAS confirme le triplé français

Le TAS confirme le triplé français

Publié le , modifié le

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté dimanche les appels déposés par le Canada et la Slovénie qui demandaient la disqualification des trois Français ayant réussi le triplé dans l'épreuve de skicross aux JO de Sotchi.

"Les appels sont rejetés", a indiqué à l'AFP le secrétaire général du TAS,  Matthieu Reeb. Les Canadiens et Slovènes, qui avaient saisi en urgence le TAS samedi,  réclamaient que les trois Français Jean-Frédéric Chapuis (1er), Arnaud  Bovolenta (2e) et Jonathan Midol (3e) soient disqualifés au motif que juste  avant la grande finale, le personnel de l'équipe de France avait changé la  forme de la partie basse des pantalons des skieurs.

Selon eux, cela créait un effet aérodynamique contraire aux règles  internationales de compétition de ski acrobatique. Les trois arbitres du TAS ont estimé que les Slovènes et les Canadiens  avaient attendu bien trop longtemps pour déposer réclamation auprès de la  Fédération internationale de ski (FIS), alors qu'ils avaient 15 minutes pour le  faire après la course, selon le réglement. L'argumentaire sur l'innovation technique a bien été évoqué durant  l'audience qui s'est tenue dans la nuit de samedi à dimanche, mais "les protêts  tardifs ont coupé court à toute discussion sur le fond", a expliqué Matthieu  Reeb. 

Même si certaines circonstances particulières auraient pu justifier un  dépassement du délai de 15 minutes, les Slovènes ont déposé leur réclamation  plus de six heures après la course, suivis des Canadiens, ce qui pour le TAS  représentait "un laps de temps bien trop important", selon le secrétaire  général. Le Canadien Brady Leman avait chuté en finale, laissant les trois Français  signer le premier triplé tricolore aux jeux Olympiques d'hiver de l'histoire.

AFP