La piste de ski de bosses vue du haut de la tribune
La piste de ski de bosses vue du haut de la tribune | DR

Le ski de bosse assure le spectacle

Publié le , modifié le

Les skieurs acrobatiques ont enflammé les fans de sport extrême ce lundi à Rosa Khutor. Des stars canadiennes au jeune français Benjamin Cavet (20 ans), tous les prétendants au podium ont rivalisé de prouesses dans un show son et lumières qui a duré quelques heures et tenu en haleine spectateurs et observateurs.

Un ciel gris, une pluie fine et du vent n’ont pas altéré la passion des supporters venus admirer et encourager les meilleurs « bosseurs » de la planète.

Rock sur la piste et en dehors

La piste de descente, situé à droite d’un ensemble extraordinaire destiné aux sports extrêmes (avec également le Halfpipe et le saut), est parée de ses meilleurs atours : projecteurs éclairant merveilleusement la piste, sono crachant de la musique rock ou électro (Lenny Kravitz, Daft Punk, Michael Jackson, Offspring), tribunes pleines avec des drapeaux russes, canadiens, japonais ou finlandais, ambiance idoine. Et contrairement au slopestyle ou à la descente alpine, la totalité de l’effort fourni par les concurrents est visible en intégralité.

Réalisation impeccable

Et oui ! Ce sport tendance où sept juges décident du résultat (5 pour les virages, 2 pour le saut) est un must de la quinzaine olympique. Pour porter leurs champions, les plus passionnés ont préféré s’agglutiner à droite en contrebas des gradins, juste en dessous de l’écran géant et face à la piste qui a de quoi faire flipper le non-initié.

La piste du ski de bosses de haut en bas
La piste du ski de bosses de haut en bas

Une « cable cam » suivant les athlètes entre le portillon de départ et l’aire d’arrivée permet de délivrer de splendides images à chaque passage.

Bilodeau bisse

Les plus rapides mettent 23 secondes à dévaler la pente, mais le meilleur n’est pas forcément le plus rapide. Benjamin Cavet, qui avait pourtant raté sa première manche de qualification, a entrevu la finale mais il a finalement échoué face aux artistes nord-américains. En l’absence de Guilbaut Colas (contraint au forfait pour blessure), Anthony Benna pensait avoir ses chances. Mais le second Tricolore en lice s’est manqué.

Nos cousins québécois ont pu, de leur côté, fêter les performances de leurs ouailles. Avec Alex Bilodeau et Mikael Kingsbury, ils ont réalisé un fantastique doublé, le premier réalisant même un formidable coup double après son sacre de Vancouver qui avait fait de lui le premier médaillé d’or du Canada lors de Jeux Olympiques disputés à domicile. En ski de bosses au moins, le Québec est libéré…

Vidéo: le run de Bilodeau