Shinzo Abe
Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, le 23 mars devant le Parlement. | Masanori Genko / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun

Le report des JO de Tokyo pourrait devenir "inévitable", selon le Premier ministre japonais

Publié le , modifié le

La décision de reporter les Jeux de Tokyo 2020 "pourrait devenir inévitable" si la pandémie de coronavirus rendait impossible d'organiser les JO dans des conditions sûres, a reconnu lundi, pour la première fois, le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

S'exprimant devant le Parlement japonais, M. Abe a assuré que son pays était toujours engagé à organiser les JO dans les meilleures conditions, mais que "si cela devenait difficile, en tenant compte en priorité des athlètes", la décision d'un report "pourrait devenir inévitable".

Malgré la propagation incessante de la pandémie de coronavirus dans le monde et les interrogations grandissantes autour des JO de Tokyo, M. Abe n'avait jamais évoqué officiellement cette option.

à voir aussi Coronavirus - Tokyo 2020 : Le CIO se donne 4 semaines pour se prononcer sur un éventuel report Coronavirus - Tokyo 2020 : Le CIO se donne 4 semaines pour se prononcer sur un éventuel report

Malgré la propagation incessante de la pandémie de coronavirus dans le monde et les interrogations grandissantes autour des JO de Tokyo, M. Abe n'avait jamais évoqué officiellement cette option.

Sa volte-face intervient après que le Comité international olympique (CIO) eut lui-même entrouvert dimanche la porte à un report de l'événement, en se donnant quatre semaines pour décider avec tous ses partenaires.

Pas question d'annuler

"L'annulation n'est pas parmi les possibilités", a néanmoins insisté lundi M. Abe, à l'unisson avec le président du CIO Thomas Bach qui la veille avait déjà déclaré qu'annuler les JO n'était "pas à l'ordre du jour" parce que cela "détruirait le rêve olympique".

Pour un nombre toujours plus important d'athlètes et de fédérations sportives nationales, alors que la quasi-totalité des compétitions sont suspendues dans le monde, il n'est plus temps de tergiverser quant à la tenue du plus grand événement sportif mondial.

à voir aussi EDITO. Plus lent, plus bas, plus faible EDITO. Plus lent, plus bas, plus faible

Les demandes de report avaient jusqu'à présent afflué en ordre dispersé au sein du monde sportif, mais sont de plus en plus insistantes chaque jour de la part des athlètes et des instances nationales.

La pandémie de coronavirus contraint actuellement près d'un milliard de personnes dans le monde à rester chez elles, la plupart faisant l'objet de mesures de confinement drastiques. Nombre de sportifs estiment impossible de se préparer correctement dans ces conditions.

Plus de 324.000 cas d'infection ont été recensés dans 171 pays et territoires depuis le début de la crise sanitaire, qui a fait au moins 14.396 morts, selon le dernier bilan établi par l'AFP dimanche à 19H00 GMT.

AFP