Le relais croque la médaille en chocolat

Le relais croque la médaille en chocolat

Publié le , modifié le

Aurore Jean, Célia Aymonier, Anouk Faivre Picon et Coraline Hughe ont réalisé la meilleure performance de l’histoire du relais féminin français avec une remarquable 4e place derrière l’intouchable trio composé de la Suède, la Finlande et l’Allemagne. Les Tricolores ont joué le podium jusqu'aux 3/4 de la course et se sont permis de terminer devant la Norvège, un bel exploit.

Si la chanteuse Olivia Ruiz s’est autoproclamée « femme chocolat » il y a quelques années, les quatre athlètes du relais féminin français engagé ce samedi sur le 4 x 5km peuvent revendiquer le sobriquet de « filles chocolats » après leur belle 4e place.

Un final splendide

Devant de nombreux fans russes et scandinaves qui ont donné de la voix et de la corne de brume, les relayeuses ont prouvé que les Latines pouvaient rivaliser avec les Nordiques même si aucune breloque n’ai venu récompenser la belle performance bleue. Le relais, quelque soit le sport, offre toujours des émotions incroyables tant pour les athlètes que pour ceux qui suivent la compétition. La course du jour n’a pas failli à la tradition avec un final éblouissant conclu par une victoire au sprint des Suédoises emmenées par Charlotte Kalla devant les Finlandaises et les Allemandes.

Mais les Françaises ont réalisé un exploit en s’intercalant entre le podium et la redoutable équipe de Norvège qui partait favorite. "Nous sommes incroyablement déçus, parce que c'était la course la plus importante et le jour le plus important de l'année", a pesté Egil Kristiansen, l'entraîneur norvégien, tandis que le quatuor de l’équipe de France se réjouissait en zone mixte.

Jean: "Je ne pouvais pas aller plus vite"

Première relayeuse en style classique (avant Célia Aymonier), Aurore Jean (28 ans) a mis le relais sur orbite. « Je savais que ça allait faire très peu d’écart au début », a dit la leader du groupe. « Il fallait vraiment partir à fond. Je me suis accrochée, je ne pouvais pas aller plus vite. Je sais que chaque seconde compte pour les filles derrière. Après, on voit les écarts qui diminuent avec les autres. C’est assez stressant. Finir 4e au Jeux, c’est génial, historique. Je suis contente car on a toutes bien marché aujourd’hui ».

Le relais 4x5 km féminin, toujours très apprécié du public
Le relais 4x5 km féminin, toujours très apprécié du public

La jeune Célia Aymonier (22 ans) abondait : « C’est une immense joie pour nous. Ce matin en se levant, on avait envie. On n’a jamais été autant à jouer devant. On a toutes fait une course incroyable ». « Aujourd’hui, c’est une médaille en chocolat mais une très belle victoire pour nous », a-t-elle poursuivi. « On a joué avec les Norvégiennes qui sont nettement devant nous d’habitude. On a mis du cœur. On attendait ce relais depuis un moment. On l’a fait d’une très belle manière et ça nous donne confiance pour la suite ».

Des sourires et des larmes

Troisième relayeuse et première en style libre, Anouk Faivre Picon a maintenu la France en position d’attente (6e, 5e) même si c’est à ce moment-là que le trou s’est creusé avec le trio de tête: « Il y a eu des sourires et des larmes », a-t-elle avoué, radieuse à trois jours de ses 28 ans. « On vit ça toutes ensemble, on y croit toutes ensemble. Là, on a concrétisé tout le travail fait, tous les encouragements qu’on se donne entre nous. C’était un beau moment à vivre. On a presque une médaille autours du cou. Une médaille en chocolat en tous cas même si je ne sais pas qui va nous la donner (sourire) ».

Caroline Hughe, de son côté, n’en finissait pas de raconter la fin de course lorsqu’elle a pris le meilleur sur la star Marit Bjoergen, ce qui lui a valu les félicitations des nombreux journalistes norvégiens, devant ses trois coéquipières heureuses pour elle : « ça fait déjà deux ou trois ans qu’on a mis en place ce groupe », a confié la native d’Embrun (29 ans) qui expliquait la raison de cette perf. « On a réussi à créer pas mal de choses. On est monté en puissance sur nos courses individuelles. On s’est construite ensemble depuis des années et ça commence à payer ».

« Toutes les filles ont fait une belle course », a-t-elle souligné. « Les « classiqueuses », Aurore et Célia, sont bien partis. Anouk a bien maintenu l’écart et moi je suis content de ma course. Etre devant la Norvège, ce n’est pas tous les jours. On n’avait jamais réussi à se rapprocher si près du podium. On espère pouvoir y arriver un jour, il reste quelques belles années ».

Vidéo: les réactions françaises

Grégory Jouin @GregoryJouin