Les supporteurs mexicains
Les supporteurs mexicains seront présents à Rio pour soutenir leurs compatriotes | AFP - MARTIN BERNETTI

Le Mexique sera bien présent à Rio pour les Jeux Olympiques

Publié le , modifié le

Menacé de suspension en raison d'une possible ingérence des autorités gouvernementales dans la gestion des fédérations sportives, le Mexique aura bien une délégation lors des prochains jeux Olympiques, à Rio de Janeiro. "La situation du Mexique est totalement réglée. Un accord va être signé entre (les fédérations sportives et le gouvernement mexicain) dans les prochains jours", a déclaré Patrick Hickey, membre de la commission exécutive du CIO et vice-président de l'Association des comités nationaux olympiques (ANOC). "Un accord de coopération a été trouvé et le conflit est terminé".

Les dirigeants sportifs mexicains craignaient que leur pays puisse être  exclu des Jeux de Rio en raison d'un conflit avec le gouvernement et d'une  ingérence possible des autorités dans la gestion des fédérations sportives. Le Mexique, champion olympique de football en titre, comptait une  délégation de 102 sportifs aux JO de Londres. En revanche, la situation n'est pas réglée concernant le Koweït, dont le  Comité national olympique a été suspendu fin octobre pour "ingérence  gouvernementale", a ajouté M. Hickey.

En revanche, la situation n'est pas réglée concernant le Koweït, dont le  Comité national olympique a été suspendu fin octobre pour "ingérence  gouvernementale", a ajouté M. Hickey. "Nous avons eu un échange de courriers qui n'a pas été très fructueux", a  encore indiqué M. Hickey, précisant que "13 fédérations internationales ont  suivi la décision du CIO" de suspendre le Koweït. Le CIO avait expliqué fin octobre que le Comité olympique koweitien faisait face à de nombreuses difficultés pour "préserver son autonomie, en particulier  face à de récents amendements à la législation sportive" dans le pays.

Une telle sanction avait été prise par le CIO en 2011 contre le Comité olympique ghanéen et en 2012 contre le Comité olympique indien, et à chaque fois, les problèmes avaient été réglés avant que les athlètes des pays  concernés soient privés de JO.

AFP